La peur d'être reconnu(e)

33
7541
Je ne peux pas montrer mon visage, car j'ai un statut, v'voyez ?

Le visage est le miroir de notre personnalité. On peut lire tant de choses dans un regard, dans un pincement de lèvres ou dans un clignement d’œil qu’il me semble, à tort peut-être, que c’est principalement par celui-ci que s’exprime la féminité des travestis. C’est un avis tout à fait personnel, mais pour créer l’illusion « d’être une femme, » il ne s’agit pas de bien s’habiller, mais surtout de bien se maquiller, se coiffer et se raser (!) pour affiner les traits de votre minois marqué par des années de testostérone.

Malgré cela, le nombre de travestis qui cachent leur bouille est tout simplement indécent. Parce qu’ils ou elles ont peur d’être reconnus, ou parce qu’ils ou elles ne s’estiment pas à la hauteur, ces travestis se privent de s’afficher et d’exprimer toute leur féminité. De ce fait, je m’interroge et me demande si la première étape pour progresser dans le travestissement n’est pas, tout bêtement, d’assumer pleinement ce que l’on est. Je ne vous cache pas que la question est rhétorique et vous invite à lire ce qui suit…

 

Quand la vie professionnelle prend le pas sur la vie

Je ne peux pas montrer mon visage, car j'ai un statut, v'voyez ?
Je ne peux pas montrer mon visage, car j’ai un statut, v’voyez ?

Le sujet revient souvent sur le tapis. Sur les réseaux sociaux et les fora que j’ai fréquentés, cette histoire d’être « reconnu » par un proche ou pire, mon Dieu, une connaissance, est une discussion sempiternelle qui refait surface dès que les beaux jours arrivent et que des travestis se découvrent. « Je suis désolé, je ne peux pas encore publier de photo de mon visage, car j’occupe un poste très important et je suis connu comme le loup blanc ; aussi je vous invite à faire preuve d’imagination pour coller un visage de nana sur cette photo sans vie qui me représente… Enfin, un peu. »

Je caricature volontairement le trait, mais j’ai lu ce mea culpa tant et tant de fois qu’il me fatigue au plus haut point. Pensez-vous que la majorité des travestis qui affichent leur visage n’ont pas de travail, pas de réseau social, pas de contacts ? Toutes et tous sommes confrontés aux relations professionnelles, à une clientèle exigeante ou à des connaissances plus ou moins proches, allons !

Moi le premier, j’apparais en bonne position sur YouTube et mon blog est bien référencé sur Google (avez-vous déjà cherché « Ne me tentez pas, Frodon » sur Google Images ?)… J’ai un nombre de contacts sur Facebook ou Flickr qui dépasse de loin mon cercle d’amis, et malgré cela, jamais, Ô grand jamais, un collègue de boulot ou ma boulangère ne m’a interpellé : « Hey, mais c’est toi le travelo que j’ai reconnu sur Internet !? » JA-MAIS !

Méconnaissable

De toute façon, je ne vois pas comment on pourrait vous reconnaître. Pour commencer, lorsque vous admirez vos talents de make-up dans le miroir, vous reconnaissez-vous vous-même ? Se travestir implique une transformation manifeste grâce à la coiffure et au maquillage. Bien sûr, il y a toujours des détails comme le regard qui ne changent pas, mais dans l’ensemble, vos cheveux, votre teint et même vos expressions diffèrent entre votre côté Jekyll et votre côté Hyde.

Avec du maquillage et la coiffure adéquate, n'importe quel visage masculin devient méconnaissable (bon, sauf si vous avez une balafre à la Sagat sur toute la diagonale, hein !)
Avec du maquillage et la coiffure adéquate, n’importe quel visage masculin devient méconnaissable (bon, sauf si vous avez une balafre à la Sagat sur toute la diagonale, hein !)

D’ailleurs, je vous invite à contempler le dossier amazing transformations qu’Élodie de France tient à jour depuis quelques mois sur Facebook…

De toute manière, les probabilités pour qu’une connaissance tombe sur votre photo sont aussi faibles qu’une apparition de Pokémon chromatique : ce n’est pas impossible mais c’est extrêmement rare… Si cela vous effraie malgré tout, vous pouvez jouer avec les paramètres des réseaux sociaux pour protéger vos contenus ou publier ceux-ci dans des zones protégées. Soyez certain que si une connaissance vous reconnaît sur le forum de ce modeste blog, c’est qu’il joue lui-même à la poupée ou qu’il est un admirateur du troisième sexe, comme on dit…

Mais n’oubliez pas que pour progresser et profiter de nombreux conseils de consœurs, le mieux est encore de s’afficher. Sans quoi, j’ai bien peur que personne ne s’intéresse à votre photographie qui n’exprime, finalement, pas grand-chose… Et il est dur de donner des conseils en transformation sans savoir de quoi vous avez l’air !

Je me travestis, et alors ?

De toute manière, au cas où un individu vous démasquerait, qu’est-ce que cela change ? C’est un coming-out de moins à gérer, voilà. Il y a quelques temps, une discussion du forum tournait autour d’être démasqué par son facteur. Oh, mon Dieu, quelle horreur ! Non, franchement, pensez-vous que votre facteur soit profondément intéressé par votre transidentité ? Croyez-moi, il a ses propres problèmes à gérer. Et puis de toute façon, avec tous les paquets que vous recevez de TransWonder, Kryolan et New Mee, il a peut-être déjà compris que vous étiez l’énième travesti du quartier.

Encore une fois, je prends mon cas comme exemple, mais j’ai souvent croisé des voisins dans les couloirs et les allées de ma résidence. À chaque fois que je suis sorti, en fait. Et vous savez quoi ? Cela ne les a pas empêchés de venir taper à ma porte pour un œuf, un tire-bouchon ou un peu de farine. En fait, craindre les « on-dit » de son voisinage est on ne peut plus cloisonnant et finalement, c’est bête puisque vous ne ferez pas votre vie avec eux… Il y a même fort à parier que lorsque l’un d’entre eux pliera bagage, vous ne vous rendiez même pas compte de son absence !

Vivre dans un donjon

De toute façon, d’une manière ou d’une autre, je suis certain que vous mourez d’envie d’afficher votre féminité. Alors, pourquoi vous cacher ? Vivre sa féminité dans son trou, dans sa tanière, c’est rigolo cinq minutes… Mais il est tellement plus épanouissant de la vivre librement, à la lumière du jour et à l’air libre ! N’ayez pas honte d’afficher ce que vous êtes, soyez vous-même, et ne craignez plus qu’on vous reconnaissance. Soyez-en fier !

D’ailleurs, pour celles et ceux qui hésitent toujours à franchir le pas de la porte pour une raison ou une autre, je me permets de citer Béatrice, que dis-je, Madame Béatrice qui propose une fournée de conseils pour une « exfiltration réussie. » On t’a reconnu, Solid Snake !

S’afficher, c’est militer

À ce titre, je décerne le prix Nobel de la paix à Sarah Ferret, qui écrivait il y a quelques temps que s’afficher, c’est militer. Bon, peut-être pas exactement dans ces termes, mais l’idée est là. Je ne peux qu’acquiescer ce genre de démarche : il n’y a qu’en s’affichant au grand jour qu’on finira par être globalement accepté(e)s. Vous aimez vous maquiller, vous adorez les bottines à clous ? Alors ne le cachez plus, et cela commence, tout bêtement, par ne pas priver vos clichés les plus réussis de votre minois. Se travestir ne devrait pas être un tabou, mais un hobby comme un autre. Ne l’oubliez pas.

33 commentaires

  1. Je suis globalement d’accord, mais après je ne vais pas jeter la pierre à ce qui on peur d’être reconnue. Beaucoup préfère vivre dans la tranquillité et éviter de faire des vagues au niveau professionnel et social (voisin, famille), parce que d’un cas à l’autre la situation n’est pas la même, ni le caractère des gens. Toi tu t’en moque que les voisins parlent sur ton dos, d’autre ne le supporte pas. Il y a aussi le cas de la compagne qui n’est pas au courant et qui peut l’être par la factrice, etc… Bref assumer sa « double identité » à tout son entourage n’est pas donné à tout le monde.

    Après il ne faut pas vivre dans la parano, moi aussi j’ai un poste important et mes photos ont été vu des millions de fois et je n’ai jamais eu le moindre problème. Alors publier sa photo sur un « petit » forum, les chance qu’une de vos connaissance tombe dessus sont aussi mince qu’une météorite se crash sur votre tête.

    • En fait, je me suis peut-être mal exprimé. C’est clairement plus difficile de sortir, mais pour que quelqu’un te reconnaisse sur le web, c’est quasiment impossible. Pour l’anecdote, mon frangin a découvert mon blog chez moi, sur mon PC, et malgré ça, il ne me reconnaissait pas sur les photos, il n’avait pas compris de qui il s’agissait (malgré un vague air de famille). Après, pour l’entourage… Pour avoir vécu dans le Nord et dans le Sud, déjà, je peux au moins affirmer que dans le Sud, tes voisins te laissent tranquille et ne sonnent pas 10 minutes non-stop à ta porte 😀 !

  2. Merci Emilie pour cette article,

    Je vais parler de moi, sans me prendre pour le nombril du monde mais sur ma propre progression.

    Au début de mes recherches sur le net avec les mots clés travesti, travelo etc. je suis tomber sur des sites X et franchement ecoeurant a quel point que je me disais pourquoi je suis pas comme tout le monde ,je me dégouté d’être comme cela !!

    Franchement ça aide pas pour développer sa pseudo féminité…

    A force de recherches je suis tomber en premier lieu sur le site de Lily avec des jolies photos soft, raffinées et non grotesque…puis au fil du vent ou de la toile (fil de la toile, pour ceux qui suivent pô ! ) comme vous voulez, j’ai atterrie sur le site D’émilie.

    Après de longue lecture (en html, clin d’oeil Nina) je me suis sentie plus à l’aise et j’ai fait mon comming out a ma tendre et chère femme, UN grand pas.

    En résumé pour rejoindre le sujet, vous m’avez donner plein de fougue et a la limite des ailes pour m’épanouir et vivre mon plaisir,jamais j’aurais osé mettre une photo sur un site en femme bravo c’est une victoire mais longue est la route néanmoins.

    Je pense que certains points sont et reste délicat comme tout simplement un enfant ado pas évident a gérer cela ou imagine que tu es gérant d’une entreprise avec 10 ou 15 employés majoritairement d’hommes remonter en testo pas évident non plus, je t’assure même si au fond oui , bah plein de comming out en moins a faire j’aimerais rejoindre très sincèrement ton point de vue ,mais au premier coups de gueule (comme dans chaque entreprise) me faire traiter de tapette ou de grande folle bah je pense que cela se finirais en pugilat …ou en licenciement 🙂

    Se sentir pas prête au pas crédible accentue la retenue de se montrer,pas l’envie de sortir,mais il faut le temps au temps et pour mon cas j’ai nullement envie de ressembler a une bête de foire (trop tard ? ) : ),et je précise que je me fiche d’être reconnu par un client,voisin,chien,arbre :p

    Si ça doit arriver bien ça arrivera tant pis, je préfère vivre de grands moments que de rester dans mon bocal (donjon trop SM Emilie !! )

    Je progresse et je me décoince petit à petit j’ai hâte de sortir et de vivre des moments inoubliaux, en espérant juste évité deux trois problèmes cités.

    Amicalement,

    • Hé, hé. C’est sûr que je suis comme toi, au boulot je n’en parle pas tout simplement parce que je déteste parler de la vie privée, que ce soit le travestissement ou quoi que ce soit d’autre… Honnêtement, dans les relations professionnelles, moi on en sait, mieux c’est. 😉

      Pour ton enfant, n’empêche, si un jour il l’apprend, j’aimerais savoir comment il réagit alors tiens-nous au courant, si tu lui en parles un jour 🙂 !

  3. J’sais pas trop. D’un côté j’ai toujours affiché la gueule d’Amandyne sur le net car j’estimais, comme tu le dis, qu’on ne pouvait pas me reconnaître, et que quand bien même quelqu’un me reconnaîtrait, ben je lui demandais ce qu’il foutait là en premier lieu.
    Cependant, c’est pas pareil avec les voisins. Je ne les connais pas (pas encore eu l’occasion de les inviter à dîner), mais vu qu’on vient d’acheter la maison on risque de se fréquenter dans les années à venir et je ne voudrais pas qu’ils partent avec un mauvais à priori sur mon foyer. Ce que je veux dire, c’est que si je me trimbalais sur ma terrasse avec ma robe rose bonbon préférée et une perruque blonde (genre http://bit.ly/TVT4TR ), ce qui m’éclate pour les photos, il serait légitime qu’ils me prennent pour un hurluberlu. Et le jour où ils se demanderont à qui confier leurs gamins une soirée, ils hésiteront légitimement à aller voir leur voisin travelo 😀 Des voisins on en a pas des masses et ça peut durer longtemps, ce serait bête de partir sur un mauvais à priori car tout le monde n’est pas ouvert d’esprit.

    • D’un autre côté, tu serais tranquille en ce qui concerne l’arrosage de plante tout le mois d’août 😀 ! Je te chahute, mais je te comprends bien sûr… Après, comme tu le dis : tout le monde n’est pas ouvert d’esprit, malheureusement. Mais tout le monde n’est pas non plus étroit 😉 !

  4. Je me répète un peu dans mes propos que voulez vous c’est l’age j’en suis désolé, le message en clair été, malgré qu’on fasse de gros progrès à tout points de vue, grâce à vous tous .

    Il reste néanmoins certains points qu’on ne pourra pas ignorée …et chaque cas est particulier.

  5. Il y a reconnu et reconnu,
    Par exemple avec certaines personnes on aura fonder une existence avec notre personnalité masculine. Ce qui est flippant c’est de se faire démasquer par ce genre de personne, peu importe le jugement, ils ne s’attendraient pas a ce coté là, ce qui pourrait être vu comme une ‘trahison » (le terme est fort)
    Que cela soit ouvert d’esprit ou non, on ne paraitrait plus pour la même personne (alors qu’en réalité ça change rien a notre personnalité, ou presque).
    Voila pourquoi je ne me sens pas ready pour m’assumer autour de clermont.
    Sinon je rejoins l’avis de Celine ^^

  6. Coucou 🙂
    Je voulais juste rebondir là dessus : « s’afficher, c’est militer ».
    Je suis assez d’accord. Certes c’est pas facile et on risque de s’en prendre plein la gueule car ça va « choquer ». Mais si aujourd’hui une femme en jean ne choque personne, c’est bien parce qu’une génération de femme c’est faite entendre et a choquer, temporairement du moins.
    Voilà, sans forcément chercher à s’imposer, où donner un « devoir » de sortir à toutes je pense que chacune doit trouver sa voie, son juste milieu, entre l’exhib et le donjon (moi j’aime bien si ça fait SM 😆 ).
    Et si on veut sortir, bha il y a bien des moyens, des excuses toutes trouvés, des lieux, des contextes..; Ca manque pas, personnellement j’ai commencé directe à des soirée déguisées entre amis avec la soirée comme prétexte, et suivant les réactions j’ai vu à qui je pouvais en parler et dire que c’était plus sérieux qu’un simple déguisement et ça à été bien accepté et je me suis lancée comme ça 🙂

  7. Emilie je comprends ta position et je la partage en partie, a savoir ca fait quelques annees que je me moque de ce que l’on pense de moi.Par contre je ne souhaite pas que mes enfants soient chautes car leur pere est un travlo.De plus concernant mon travail, si mon employeur a vent de mon hobby et qu’il estime que cela porte atteinte a l’image de l’institution alors j’encours des sanctions pouvant aller jusqu’a la revocation. Alors oui j’aimerai pouvoir m’afficher librement mais je ne peux pas mettre ma famille en difficulte pour cela.

    • Oui, c’est sûr… Mais quelque part, j’ai envie de dire que quelle que soit ta vie, tes enfants seront chahutés. Moi, j’en ai pris plein la g… à l’école parce que mon père est gendarme. Y en a, c’est parce que leurs parents sont chômeurs, riches, handicapés, bouchers ou coiffeurs. Après, bien évidemment je ne parle pas d’aller chercher les enfants à l’école par exemple, et il est important de bien dessiner la limite entre la vie publique et la vie privée… 😉

  8. j’adore, on reconnaît aussi la « gameuse » 🙂 (solid snake …)

    ceci dit, par expérience perso, j’ai longtemps caché mon minois moi aussi
    surtout plus pour protéger ma famille (mariée et enfants et en pleine dysphorie de genre pas forcément facile à vivre aussi pour ma femme que je comprends)

    je le cache encore de temps en temps quand lorsque je fais une « séance photos » mais par manque de temps, n’ai pas correctement me maquiller à fond et ne me trouve pas assez « potable » lol

    mais après m’être longtemps, trop longtemps cachée, j’assume désormais, et ne m’en cache plus, j’ai évolué et j’avoue que cette progression à visage découvert a sérieusement amélioré mon bien être

    mais chacun(e) a ses raisons et là il s’agit de ma propre expérience

    en tous cas, tu es tellement belle que çà aurait été malheureux de cacher ton minois adorable, tu passes super bien à mon goût (pas pour te passer de la crème, c’est sincère) 🙂
    bises à toutes

  9. Dieu que votre site est bien fait, intéressant, reposant,
    calme, plein d’idées et de réflexions positives !
    « La peur d’être reconnue », cela indispose, un peu, Emilie,
    oui, je comprends … Pour moi, ce n’est pas cette peur, car je crois qu’il y a peu de risque, ok.
    Mais j’ai trop peu de liberté pour me travestir : j’ai acheté
    une magnifique garde robe sur ebay, jennifer et autre
    pimkie, je connais une esthéticienne qui m’a déjà maquillée
    deux fois avec plaisir (je n’avais pas d’appareil photo
    sur moi ! … )Mais je suis en retraite, et, avec mon épouse, on ne se quitte pas … et je ne peux pas lui dire : »j’ai pris un rv avec cette esthéticienne ! elle
    prendrait cela comme une trahison ! Elle m’achète déjà
    mes chemises de nuit que je porte naturellement, toutes les nuits, elle m’accepte de temps en temps en jupe, mais
    plus pour me faire plaisir que pour se faire plaisir !!!
    Mais tous vos articles, vos photos me fascinent, et si
    vous m’encourager à prendre discrètement ce rv dans cet
    institut de beauté à Dinan (je vous laisserai l’adresse)
    c’est promis, je vous mettrai ma photo la plus féminine
    possible sur votre site si fin,si sensible et merveilleux
    pour moi, merci pour votre apport dans ma recherche, mon
    désir de féminisation, Nina, Emilie vous êtes un rayon de
    soleil ! …..

    • Coucou Juliette et merci pour les gentils commentaires ! Je ne t’incite pas à prendre RDV dans cet institut ! Au contraire, ne vaudrait-il mieux pas que tu essayes de te maquiller toi-même, avec (peut-être) les conseils de ton épouse ? A bientôt !

      • emilie, qu’il est agréable , de se sentir écoutée et
        soutenue ! Je vais suivre tes conseils … éclairés,
        je ne sais si je dois tenter des faux cils, je
        vais essayer, et tu ne m’en voudras pas si ma première photo n’est pas digne d’un mannequin CHANEL!
        Je vais faire de mon mieux en suivant tous vos conseils , votre site est merveilleux, féminin, je lis tout, petit à petit .
        bisousss à toutes, Juliette.

        • Le but n’est pas d’être un mannequin Chanel mais d’être soi-même ! 🙂 Quant aux faux cils, oui, pourquoi pas. Je pense qu’il faut tout essayer, et si ça ne fonctionne pas et bien, c’est en apprenant de ses erreurs qu’on s’améliore.

  10. Bonjour… Je découvre votre site. Pour celles qui ne me connaissent pas, un mot sur la peur d’être reconnue, le coming out, les proches, tout ça…
    Je suis transsexuelle, mais pour la plupart des gens cela revient au même, la seule différence étant que je bénéficie d’une « caution médicale » en quelque sorte, mais c’est du kif dans leur esprit et dans les faits.
    Pendant des années cette peur je l’ai connue et elle m’a bien pourri la vie jusqu’à ma sortie du placard officielle il y a trois ans.
    J’ai des voisins comme tout le monde, un facteur, un boulot avec des responsabilités, bref des tas de gens qui m’ont connue « avant » et qui ont assisté à ma transformation au fil du temps, qui s’est faite progressivement car je ne voulais plus avoir à « me déguiser », et il m’a fallu encore un an après ma révélation pour pouvoir vivre en « full time » sans artifices (j’avais 1 cm de cheveux quand je l’ai annoncé par exemple) mais c’était un choix personnel à l’époque.
    Même si l’approche est différente et que rares sont ceux qui savent que je suis trans (avec parcours officiel, hormonothérapie, réassignation sexuelle, et tout le toutim), pour beaucoup ils ne voient qu’une travestie, et j’ai beau habiter un petit village de province, on ne m’a encore jamais jeté de pierres quand je sors.
    Alors bon, la « visibilité » je pense que je l’ai et je ne crains plus de m’afficher (c’est aussi ma façon de « militer ») jusque dans mon travail, même si la jupe d’uniforme n’est pas ce qu’il y a de plus seyant, et que c’est encore aujourd’hui assez « rock’n roll » d’être flic et trans.
    La vie est courte, alors foncez !

    • Et bien c’est une preuve de courage tout à fait admirable, je trouve. Beaucoup pensent « qu’à cause de leur métier », elles ne peuvent pas se révéler ou être elles-mêmes. Policière, c’est effectivement pas le plus simple. Mais c’est aussi la preuve que tout n’est question que de volonté 😉 !

      • Je temporise un peu.
        Comme je l’ai dit, être transsexuelle comporte une certaine « caution médicale » qui permet aussi de se faire un peu mieux accepter (relativement) et qui oblige fatalement à se dévoiler au grand jour à un moment ou un autre, donc ce n’est pas vraiment du courage. C’était devenu « vital » pour ma part, opération et changement d’état civil compris, alors les « tracasseries » ou les problèmes que j’allais rencontrer au boulot (et que je rencontre encore aujourd’hui), même si c’est chiant à vivre au quotidien, ne pèsent finalement pas si lourd que ça.

        En ce qui concerne le travestisme, je pense que là c’est plus au « feeling » et rien n’oblige à le faire savoir à tout son entourage. Le coming out quand on est trans sera un passage obligé tôt ou tard mais pas forcément nécessaire pour le travestisme, qu’on peut voir comme un « hobby », à moins qu’on veuille vivre en « full time ». Le tout est de savoir où on se place sur le spectre de la transidentité et jusqu’où on désire aller.

        Quant à la peur d’être reconnue, comme ça a déjà été dit plus haut, si c’est sur le net ou dans des endroits « dédiés », il y a peu de chances (voire quasi nulles) que la personne qui puisse vous reconnaître se soit retrouvée là par hasard, sachez-le.

        • Merci pour tes témoignages 🙂 ! Effectivement, rien n’oblige un travesti de faire son coming out, mais… Je pense que pour être soi-même, il faut justement se libérer et le plus souvent, ça passe par-là. Après, tout dépend bien sûr du style de vie de chacun(e).

  11. Bravissimo!,
    J’admire le courage de tou(te)s qui ont osé aller contre courant en assumant les consequences. Il y a des tas de personnes sur ce site mais aussi en dehors qui ont parcourru une vie ou ils ont eut l’audace de ne pas faire comme tout le monde et de défendre leur droits. Il faut avoir du ‘guts’!
    Ce site me donne beaucoup de raisons pour surmonter cette peur d’être reconnu qui reste pourtant bien présent. En lisant vos commentaires je me sens en très bonne compagnie et il y a aucune honte d’être membre de cette ‘famille’ au contraire j’en suis fier. Si un jour je me cacherais plus ca sera grâce à vous.
    Ce qui me retient c’est qu’il y a des personnes qui sont très forts à reconnaître quelqu’un. Quelqu’un m’a reconnu une fois seulement en voyant mes mains, pourtant ils ne sont pas si différents!
    Il faut aussi comprendre les autres. Avec les années ‘nous’ analysons beaucoup notre situation et nous arrivons -plus ou moins vite- a trouver normal ce qu’avant nous trouvions pas si normal. Nous découvrons en cours de route beaucoup d’éléments pour se justifier et ce train de raisonnement nous semble très logique. Les autres personnes n’ont pas suivi cette chaine de raisonnement et ils se trouvent souvent au stade initial ou le travestisme est conçu comme ‘abnormal’. Sur un site ou le travestisme est vu comme une forme d’art, je voulait comparer mon raisonnement avec quelqu’un qui voit un oeuvre d’art moderne: l’artiste a commencé avec une idée, puis il l’adapte en différentes étapes pour arriver à son résultat qui peut être très different de l’idée original. Le spectateur n’a pas suivi ce parcours et est directement confronté avec ce résultat. S’il est ouvert d’esprit il va faire un effort pour comprendre mais il y en a beaucoup qui ne le ferront pas.
    Merci d’avoir subi jusqu’a la fin,

    • En voyant les mains ? Fortiche, j’avoue. Après, effectivement, il faut assumer ce que l’on est. C’est important pour que notre visibilité soit plus importante. Alors sortons ! De toute façon, si on ne faisait rien de ce qui nous fait peur, on ne ferait pas grand chose dans la vie, pas vrai ?

  12. très bon article et à te lire, on ne peut qu’adhérer. Cependant, si un jour on est reconnu, je crois que cela peut créer pas mal de problème. Personnelement, je vie au maximum ma feminité mais dans « ma tanière » et donc pas top! Je suis en questionnement constant ett je sais qu’il me faudra peu de chose pour se « lancer » réellement. Le tout est de savoir si je serais plus heureuse ou non en femme. La transition est un point de non retour, et cela va, de mon coté, enjendrer pas mal de souffrance (je parle de mes amis, proche, et de mon travail). Bien sur, on a qu’une vie et la vivre caché ou en faisant semblant de ne pas etre soi serait un vrai gachi. Les hommes manquent de courages, j’en suis la preuve lol.
    Bref, en tout cas, je t’admire beaucoup, tu assumes completement ta féminité et tu te fous royalement, je pense du regard des autres. Puis je un jour arriver à ca. Bon après je suis gay, ca n’arrange pas les choses.
    Bonne journée
    Kiss
    Justine

  13. Je laisse le soin aux membres géologues de déterminer couche sédimentaire atteinte avec le déterrage que je suis en train de réaliser mais voici mon point de vue:

    Le problème est rarement dans ce que vous faites. Il réside dans l’interprétation qu’en ont les observateurs. Se travestir est une cause qu’il faut défendre. Faire comprendre aux gens que nous ne sommes pas plus tarés qu’eux.
    Mais…

    Cela reste tout simplement de l’ordre de la vie privée.
    Ma femme est professeur des écoles. Je n’envisage pas une seule seconde que des parents de ses élèves puissent être mis au courant parce que je sais que c’est sur elle que ça retomberait. Et oui c’est injuste.

    Le problème n’est pas dans ce que je fais. Il réside dans ce que les personnes qui tombent dessus peuvent en faire.
    La vie privée sur Internet doit être défendue car elle n’a tout simplement pas à être utilisée par qui que ce soit d’autre que soi-même.

    Partager sa transidentité avec des connaissances OK mais cela implique qu’on leur délègue un pouvoir.
    Laisser des photos de soi partir dans la nature sans contrôle sur la durée où les personnes qui les auront entre les mains, c’est s’exposer à un risque inconnu.
    Ce risque est amoindri au fur et à mesure que notre entourage apprend la vérité sur notre passion.
    Qui dit que dans 10, 20 ou 30 ans les conditions seront les mêmes… les photos, elles, risquent d’être toujours là.
    Les gens savent facilement être faux-culs dans le monde réel alors avec le faux sentiment d’anonymat que procure Internet, ils ne vont pas se priver de faire des commentaires au minimum.

    Je me rends compte que mon discours est assez pessimiste mais le risque décroit avec l’acceptation de son entourage.
    Il décroit aussi avec l’acceptation de la société tout simplement mais ça risque d’aller moins vite.

    La vie privée doit simplement être protégée qu’on soit habillé avec un pantalon ou une jupe et que ce soit vis-à-vis des personnes morales ou physiques:

    http://korben.info/glenn-greenwald-explique-vie-privee-cest-important.html

    Bises

    • C’est sûr que la vie privée doit (de toute façon) être protégée, transgenre ou pas. Le problème c’est que beaucoup d’utilisateurs de réseaux sociaux ne mesurent pas les conséquences. Mais bon, après, on ne peut pas toujours calculer non plus. Il faut vivre avec le présent. OK, que se passera-t-il dans 10, 20, 30 ans ? Mais d’ailleurs, serons-nous encore là ? 😛

Répondre