Parce que Steam a démocratisé le jeu PC, rendant accessible Ys: The Oath in Felghana à l’Occident (pour ne citer qu’un choix de choix), on en oublierait presque que l’industrie du jeu vidéo est, précisément, une industrie. Derrière un jeu se cachent des employés aux conditions de travail variables, que l’affaire de Bloomylight Studio a récemment remises en question.

Valve a plutôt bonne réputation en la matière ; c’est pourtant bien l’éditeur de la plateforme Steam qui est au cœur d’un procès pour discrimination à l’encontre des transgenres. En 2012, l’une de ses traductrices quitte Bellevue pour Los Angeles afin de subir une opération de réassignation sexuelle tout en continuant parallèlement ses travaux de traduction. L’éditeur étasunien accepte à condition qu’elle devienne free lance et non plus employée.

En début d’année, cette traductrice toujours chez Valve pointe cependant du doigt certaines conditions de travail injustes et propres aux traducteurs, souvent sous-payés, quand ils le sont. Peu de temps après ses réclamations, son responsable la remercie pour ses efforts puis la licencie. Ce qu’explique cette traductrice est qu’après l’annonce de sa transition, ses relations avec son superviseur se sont franchement rafraîchies, ce dernier n’acceptant pas sa transidentité. Dans le procès, elle indique avoir été appelée « ça » par ce dernier, refusant manifestement de l’accorder au féminin.

Valve a récemment nié toutes ces allégations (le 20 mai) et demande à ce que celles-ci soient rejetées. La traductrice réclame de son côté la modique somme de 3 millions de dollars pour transphobie mais aussi pour les conditions de travail qui étaient les siennes. Nous attendrons bien sûr le verdict avant de tirer des conclusions hâtives.

4 commentaires

  1. Je suis évidemment bien attristé par le sort de cette personne et par les propos et les actes de son employeur.
    Mais 3 millions de dollars ?

    « The suit is seeking $1 million for general damages, $1 million for special damages, $150,000 for unpaid wages and penalties, and $1 million for loss of earnings.  »

    C’est franchement des chiffres sorties du chapeau qui ne basent sur rien de solide.

  2. Décidément Valve est fâché avec le chiffre trois : Pas d’Half-Life 3, de Portal 3, Left for Dead 3… et ils ne sont pas très chauds avec le troisième genre. Pour couronner le tout, on leur réclame 3 millions de dollars.

Répondre