Au bazar du genre, féminin et masculin en Méditerranée

9
4459

Du 7 juin 2013 au 6 janvier 2014 se tenait au MuCEM de Marseille l’exposition Au bazar du genre, féminin – masculin en Méditerranée. Comme vous l’avez peut-être ratée, tout le monde n’a pas le privilège de vivre dans le Sud (NDN : ou d’y passer de superbes vacances), nous vous proposons un petit retour sur cette exposition qui brouille les lignes et brise les barrières qui s’étendent entre le féminin et le masculin.

Ces quarante dernières années, les femmes et les minorités sexuelles ont contesté la distribution du genre selon le sexe biologique. En Méditerranée, on attribue aux femmes l’élevage des enfants et le soin de la maison et à l’homme la protection de la famille. C’est autour de ces constats qu’a été construite l’exposition en évoquant les questions de la contraception, de l’égalité des sexes, de l’homosexualité, des rencontres amoureuses et de la transidentité.

bazar

Mon ventre est à moi

L’un des grands pas de l’égalité des sexes est la maîtrise de la fécondité. La contraception a permis à la femme de s’émanciper du rôle de mère au foyer, avec tout ce que cela implique comme évolution : accès au travail, recul de l’âge au premier accouchement… Ce qui n’empêche pas les femmes méditerranéennes de chérir la maternité. Cela pose également la question du droit de disposer de son propre corps. Dans les sociétés méditerranéennes, la virginité occupe une place très importante puisqu’il en va de l’honneur de la famille.

Rataj ! (Enfante ! ) par Sandra Duki : ce tableau est une parodie des Kuvarica, des broderies des Balkans rappelant aux femmes leurs devoirs domestiques.
Rataj! (Enfante !) par Sandra Duki : ce tableau est une parodie des Kuvarica, des broderies des Balkans rappelant aux femmes leurs devoirs domestiques.
Objets provenant du fonds d'archives par Pierre Simon. Ce gynécologue s'est battu toute sa vie pour que les familles françaises évoluent sur la contraception et la sexualité.
Objets provenant du fonds d’archives par Pierre Simon. Ce gynécologue s’est battu toute sa vie pour que les familles françaises évoluent sur la contraception et la sexualité.

Les chemins de l’égalité

Construits dès la naissance, les rôles de la femme et de l’homme sont généralement séparés et (pire encore) hiérarchisés. Cette deuxième partie de l’exposition s’articule autour des questions de l’égalité des sexes, de l’apprentissage du rôle social chez l’enfant au travers des jouets et de la publicité, ainsi que du sport qui efface les différences.

En 2003, Seat communiquait autour de l'Arosa en montrant un homme donnant le sein à son enfant.
En 2003, Seat communiquait autour de l’Arosa en montrant un homme donnant le sein à son enfant.
Mix-Cité ou les Panthères Roses sont des associations qui luttent contre le sexisme latent des jouets.
Mix-Cité ou les Panthères Roses sont des associations qui luttent contre le sexisme latent des jouets.

LGBT vivre sa différence

Outre les inégalités liées au sexe, le modèle social dominant est l’hétérosexualité. C’est triste à écrire, mais même si on avance dans ce domaine, rien n’est définitivement acquis. Contre la norme socialement admise, les associations LGBT militent pour que tout un chacun ait les mêmes droits et les mêmes libertés, quelles que soient l’orientation sexuelle. Cette partie de l’exposition présente les actions pour que les minorités soient visibles et reconnues et la violence de l’homophobie.

Outre la prévention du SIDA et l'aide aux malades, l'Ordre ses Sœurs de la Perpétuelle Indulgence militent contre les discriminations.
Outre la prévention du SIDA et l’aide aux malades, l’Ordre ses Sœurs de la Perpétuelle Indulgence militent contre les discriminations.
La douche d'insultes est un dispositif surprenant : il invite les visiteurs à se confronter aux propos homophobes qu'affrontent les minorités homosexuelles, dans toutes les langues de la Méditerranée.
La douche d’insultes et de mots d’amour est un dispositif surprenant : il invite les visiteurs à se confronter aux propos homophobes qu’affrontent les minorités homosexuelles, dans toutes les langues de la Méditerranée. Le concept est des plus intéressants mais, sachez-le, l’intérieur de la structure sentait le taureau.

Mon prince viendra

Si l’imaginaire collectif de l’amour n’a pas changé, les méthodes de rencontres amoureuses ont, elles, profondément muté. Les coutumes sont différentes et la métaphore du prince charmant et de la princesse ont aussi évolué. Avec l’explosion d’Internet et des réseaux sociaux, le choix du partenaire s’est également élargi.

Doppelgänger M&W par Didier Faustino. Il s'agit d'un masque qui permet à la fois le rapprochement et l'éloignement des corps.
Doppelgänger M&W par Didier Faustino. Il s’agit d’un masque qui permet à la fois le rapprochement et l’éloignement des corps.
Les dessous du bazar symbolisent clairement la contradiction des relations au sein d’un couple Libanais : d’une sphère publique normalisée, on passe à une vie privée décomplexée.

Chacun son genre

La visite de l’exposition se conclut sur les questions du genre et de la transidentité, peut-être parce que c’est la plus épineuse et la plus moderne des problématiques. Sont évoqués le port du voile, un vêtement symbolique de l’espace méditerranéen et le changement de corps, de sexe et de genre. L’ultime espace de l’exposition est consacrée au mythe de l’homme enceint. La natalité étant à l’origine (selon certains anthropologues) de la domination de l’homme, l’homme enceint marquerait-il un début d’égalité entre la femme et l’homme ? Pour l’instant, cette question relève de la science-fiction. Mais qui sait ce que nous réserve l’avenir…

Jeux de force de foire. Voilà ce qui attend Nina avec les cours de Mac Calloway.
Jeux de force de foire. Voilà ce qui attend Nina avec les cours de Mac Calloway.
Un montage photographique intéressant qui s'apparente à certaines vidéos de transsexuelles qui collent leurs photos quotidiennes de plusieurs années.
Un montage photographique intéressant qui s’apparente à certaines vidéos de transsexuel(le)s qui collent leurs photos quotidiennes de plusieurs années.

Le MuCEM, allez-y !

Tout cela n’est qu’une (petite) partie de l’impressionnante collection de l’exposition Au bazar du genre. Pour ses six premiers mois de vie, le MuCEM a rempli sa mission : se faire le reflet de la Méditerranée, un espace incroyablement hétérogène. Cette mer borde des civilisations, des cultures et des populations qui s’entrechoquent, comme le démontre l’autre exposition temporaire : le Noir et le Bleu. C’est pourtant un lieu baigné d’une grande tolérance. C’est aussi le message d’une exposition temporaire comme le bazar du genre, clairement à contre-courant dans un musée si jeune, sans mauvais jeu de mot Méditerranéen.

On y était.
On y était.

9 commentaires

  1. Une très bonne idée que de faire partager une expo que beaucoup de “non sudistes” ne peuvent visiter.
    Cette expo touche chacun à son intimité, à sa relation avec l’autre. L’idée n’est pas d’imposer un point de vue, c’est de poser des questions, de telle façon que le public puisse à la sortie se poser des questions sur lui-même et sur sa relation à l’autre.
    J’en avais entendu beaucoup de bien sur France inter.
    Merci pour ce reportage.

  2. Une exposition intéressante. J’avoue être intrigué du coup. Le concept est bien trouvé, et à priori, bien traité.

    Je ne sais pas quoi en penser… Il faudrait que je vienne voir ! 🙂

  3. On est parti visiter le Mucem par pur hasard et là, une expo sur le genre, l’identité… Très riche en informations, en représentations des sociétés passées et actuelles, l’expo pousse à se questionner soi-même et le monde dans lequel on vit. Des choses ont évolué, des choses vont encore évoluer ? Et quel rôle nous jouons dans cette société, quel rôle devrions nous jouer ?

    C’était une belle surprise et un moment inoubliable passé à côté des rédacteurs de XXY.

  4. Une expo vraiment intéressante que chaque “macho-Billy” et machinphobe devraient voir un jour.
    Et puis ce musée est une pure boucherie, c’est grand, bien disposé et l’extérieur est également de toute beauté.
    Dommage que les conservateurs du musée n’ont pas appréciés mes blagues. Un “Coucou” dans une hutte d’époque aurait été juste épique. 😀

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.