Accueil Vidéos Vidéo : Comment dit-on « travesti » dans les autres langues ?

Vidéo : Comment dit-on « travesti » dans les autres langues ?

Konichiwa, assalamu alaykum, hola qué tal. Vous êtes-vous déjà demandé comment traduire « travesti » dans d’autres langues ? Dans beaucoup de pays, à peu de choses près, c’est un mot transparent que l’on va retrouver en espagnol, en roumain, en russe à quelques nuances près : un travesti, transvestit, un travestito

Consultez également notre article : Se travestir : définition où l’on définit ce qu’est et ce que n’est pas le travestissement

Il y a parfois des langues où le terme n’a cependant rien à voir. Se pencher sur leur étymologie donne beaucoup d’enseignements sur la nature même des travestis. Mais avant de regarder de plus près ce qui s’écrit ou se dit ailleurs, intéressons-nous à la racine du mot « travesti ».

En français, travesti

Lorsque l’on s’y penche, on constate que deux termes latins le forment :

  • Il y a d’abord « traversare » (qui deviendra ensuite « transversare ») qui signifie « traverser, passer au travers, franchir ». C’est intéressant de savoir que c’est un terme qui changera d’épellation. On parle parfois de « travesti » et parfois de « transvestit », selon la langue.
  • Il y a ensuite « vestimentum » qui veut tout simplement dire « vêtement ».

Si l’on se réfère à l’étymologie de travesti, on peut le comprendre comme définissant une personne qui « franchit » la barrière des « vêtements ». Le terme aurait très bien pu être « transvesti », à bien y regarder. C’est d’ailleurs étonnant qu’un autre sens du terme soit devenu « déguisé » puisque ce n’est absolument pas le sens étymologique du mot.

Il n’est pas rare d’entendre des travestis dire que le terme « travesti » ne leur correspond pas, puisqu’ils ne se déguisent pas. Mais étymologiquement, le mot véhicule tout de même l’idée de franchir la barrière vestimentaire, sans pour autant parler de genre.

Voyons ce qui se dit dans d’autres langues. Par contre, vous vous en doutez, je ne connais pas toutes ces langues étrangères et il peut y avoir des erreurs d’interprétation. Je vous invite sincèrement à les corriger dans les commentaires.

En anglais, travesti se dit « crossdresser »

En anglais, il existe plusieurs termes dont « transvestite ». L’un des plus courants est néanmoins « crossdresser » qui exprime plus ou moins la même chose.

« Crossdresser » se compose de deux mots qui sont :

  • Cross que l’on peut traduire par « franchir » (comme « traveversare »)
  • Dress qui fait référence à l’habit (comme « vestimentum »)

Il n’est pas hâtif de penser que « crossdresser » est une traduction littérale du terme « travesti ».

En chinois, travesti devient « 变装癖 » (biàn zhuāng pǐ)

Je ne sais pas s’il existe plusieurs termes en chinois mais j’ai notamment découvert le terme « biàn zhuāng pǐ » (变装癖). Ce qui est intéressant, c’est de se pencher sur la signification des idéogrammes :

  • 变 : biàn signifie plus ou moins « se transformer »
  • 装 : zhuāng évoque l’idée de « vêtement »
  • 癖: quant à , il véhicule l’idée d’une habitude ou d’un hobby

Étymologiquement, ce terme est construit autour de l’habitude de transformer sa tenue, en quelque sorte. On n’a pas de notion de genre qui soit explicite.

En arabe, on parle de « مخنث » (mukhnath)

D’après ce que j’ai pu trouver, « mukhnat » n’évoque pas forcément le vêtement ni la transformation puisque parmi ses sens, il y a notamment l’idée de « doux » et « d’efféminé ». Ce que je trouve intéressant ici est qu’on n’a pas de référence à l’apparence mais plutôt au comportement, puisque la « douceur » est un trait de caractère que l’on prête plutôt à la femme, avec d’énormes guillemets, évidemment.

En malaisien, travesti peut se dire « pondan »

Un terme qui semble répandu en Malaisie est « pondan » mais j’invite à la vigilance quant à son utilisation. Je n’ai pas trouvé l’origine exacte du mot mais, de fil en aiguille, il a plus ou moins intégré les forums anglo-saxons. Sur Internet, « pondan » est parfois utilisé comme une insulte pour désigner quelqu’un d’efféminé. Pas besoin de faire un dessin, nous avons dans notre vocabulaire de nombreux mots similaires. « Pondan » est aussi utilisé pour parler de quelqu’un de lâche, peureux, etc. Quoi qu’il en soit, c’est en Malaisie un terme pour parler des travestis.

En coréen, on emploie « 여장 » (yeojang)

En Coréen, il s’agit de deux idéogrammes.

  • Yeo (여), le premier idéogramme, est répandu puisqu’il évoque la « femme » ; on a de fait une notion de genre dans le mot lui-même.
  • Jang (장), par contre, est plus difficile à déchiffrer. D’après ce que j’ai compris, on l’utilise comme unité de mesure pour compter le papier… Il s’utilise aussi pour parler des intestins. Faut-il le comprendre comme « une femme de l’intérieur » ? Je ne m’avancerai pas là-dessus et j’apprécierais grandement que vous laissiez un commentaire si vous en savez plus à ce sujet !

En gallois, « drawswisgwr » signifie travesti

Un terme gallois traduisant travesti serait « drawswisgwr ». La racine est un peu compliquée mais on retrouve plus ou moins les mêmes idées que dans « travesti » et « crossdresser » :

  • Draws, signifie « à travers », on retrouve notre notion de franchissement
  • Wisg se traduit par « tenue » ou « l’habit »

On a donc de nouveau un terme qui évoque le franchissement de l’habit. Bon courage pour le prononcer, néanmoins.

En thai, il existe le terme « ตุ๊ด » (Túd)

Du côté de la Thaïlande, je n’ai pu trouver qu’un seul terme : « túd » qui est un peu caricatural. Il ne me satisfait pas entièrement parce qu’il semble désigner des hommes très efféminés tant par leur apparence « pink » que par leurs manières. Il s’agit d’un terme que l’on emploie autant pour l’homosexualité que pour le travestissement.

En indonésien, on utilise le mot-valise « waria »

En Indonésie, on emploi le mot « waria » qui est le mot-valise de « wanita » (femme) et « pria » (homme). L’histoire de ce terme est intéressante puisqu’il a été créé par le Ministère de la Religion en 1978. Le terme précédent était « wadam » qui contenait « wanita » (femme) et « Adam », le prophète. Le terme avait introduit en 1960 par le gouverneur de Jakarta pour accorder aux travestis une reconnaissance officielle. Avant cela, on utilisait d’autres termes comme « banci » et « bencong ». Ils portent aujourd’hui une connotation péjorative. « Banci » va par exemple s’employer pour un garçon que l’on juge « trop » efféminé.

Une waria se décrit comme « une âme de femme dans un corps d’homme », ce qui fera écho chez un grand nombre d’entre nous.

En irlandais, « trasfheisteoir »

Ceux qui ont lu ou vu la pièce Translations de Brian Friel savent à quel point il est difficile de traduire l’Irlandais vers l’anglais. Pourtant, ici, on retrouve ici les mêmes notions que dans « travesti » ou « crossdresser » avec le terme « trasfheisteoir » :

  • « Tras » évoque le franchissement
  • « Feisteán » évoque l’habit, la tenue

Jeu-concours : si vous êtes capable de prononcer cent fois « trasfheisteoir » en une minute sans que votre langue ne fourche, vous gagnerez un bon d’achat de 100 € sur Travesti.fr. Mérité !

En japonais, travesti peut se traduire par « 男の娘 » (otoko no ko)

Le terme « otoko no ko” est intéressant puisqu’il est issu de l’univers du manga. Ce n’est pas le seul, parce qu’il existe par exemple « josōshi ». On les utilise pour parler d’hommes qui s’habillent et parfois vivent comme des femmes. « Otoko no ko » se lit comme le mot « garçon » (男の子) mais c’est le dernier kanji qui est remplacé par celui de « fille » (男の娘), ce qui change le sens. On peut alors le traduire littéralement par « l’homme-fille ».

En turc : karşı cinse özenen kimse

Pour conclure, j’aimerais vous demander de l’aide pour comprendre une locution turque. En cherchant sur Internet, j’ai trouvé ce terme : « karşı cinse özenen kimse ». Je n’arrive néanmoins pas à comprendre son sens ni son emploi. Si vous comprenez le turc, pourriez-vous me l’expliquer en commentaires ? Il faut dire que la majorité des travestis turcs que j’ai pu croiser emploient le terme « travesti », ce qui me trouble d’autant plus.

J’espère que cet article vous aura appris quelques anecdotes sur le mot « travesti » ; il est intéressant de voir que selon le lieu, selon la langue, selon la culture, le terme peut être très différent. Parfois, l’intérêt se porte sur le « genre », parfois sur « l’habit ». Quoi qu’il en soit, il n’est jamais question de déguisement, vous l’aurez compris.

N’hésitez pas à m’écrire en commentaire la façon dont on dit « travesti » dans votre langue : en espagnol, en allemand ou même en ch’ti. Et surtout, quelle est la traduction que vous préférez ? En ce qui me concerne, j’adore « waria », bien moins compliqué à prononcer qu’en gallois.

Découvrez Travesti.fr – La boutique des travestis. Sur ce site de e-commerce, vous trouverez tout le nécessaire pour vous travestir : chaussures en grande taille, perruques, prothèses mammaires, etc.

Avatar
Andromèdehttps://travesti.fr
Bonjour ! Je suis Andromède, l'auteure de ce site Internet. Je suis également la fondatrice du e-commerce Travesti.fr - La boutique des travestis.

4 commentaires

  1. J’aime bien Waria pour différentes raisons:
    – Simple et court
    – L’étymologie
    – Le fait qu’il donne de la reconnaissance
    – Enfin, le petit plus, c’est que ça pourrait très bien (enfin si ça se prononce effectivement comme tu le fait) être une version argotique de warrior (genre dans les chanson hip-hop ou r’n’b)…

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles récents

Comment déterminer la morphologie de son visage ?

Ovale, carré, long : il n'est plutôt pas facile de déterminer la morphologie de son visage. L'information peut pourtant vous aider dans le choix d'une perruque. C'est pour cela que cet article a la vocation de vous aider à connaître la forme du vôtre avec une méthode facile, un simple mètre de couturière et un miroir. Alors, quelle est la morphologie de votre visage ?

Les rencontres d’un autre genre : entretien avec Jaina

Dans cette interview des Rencontres d'un autre genre, Jaina explore les origines de son travestissement, son genre et sa couleur de cheveux qui ne répond à aucune étiquette.

Les rencontres d’un autre genre : entretien avec la grande Julie

Dans cette interview des Rencontres d'un autre genre, nous avons interrogé la Grande Julie à propos de sa culpabilité de transgenre, la découverte de soi-même, la reconnaissance de son genre et les joies du coming out.

Les rencontres d’un autre genre : entretien avec Emilie85

Cette interview des Rencontres d'un autre genre est consacrée à Emilie85 qui explique son parcours de transidentité, son goût pour la photographie et sa vie de couple.