Accueil Non classé Dix clips musicaux mettant en scène des travestis

Dix clips musicaux mettant en scène des travestis

Historiquement, le travestissement est associé au théâtre où les hommes interprétaient des rôles de femme. Nous avons aussi parlé de quelques œuvres du septième art mettant en scène des acteurs qui, l’espace d’un long-métrage, deviennent “dames”. La musique n’échappe pas à la règle et nombre de chansons ont pour thème l’art de se travestir. J’ai d’ailleurs concocté une playlist de dix clips musicaux (majoritairement anglo-saxons) featuring de célèbres crossdressers. Ils sont issus d’époques diverses et variées et il devrait y avoir, a priori, de quoi régaler les mélomanes de tout âge. Bonne écoute !

 
Queen – I Want to Break Free (1984). Dans le célèbre clip d’I Want to Break Free, Brian May, Roger Taylor, John Deacon et Freddie Mercury apparaissent en femmes, dans une parodie de la série anglaise Coronation Street, un soap opera toujours en cours et qui a dépassé le sept-millième épisode. Comme quoi, on peut négliger l’épilation de la moustache et être diablement sexy…

One Direction – Best Song Ever (2013). Le récent clip de Best Song Ever du célèbre boys band anglo-irlandais met en scène Zayn Malik, travesti en Veronica, secrétaire pour l’occasion. La légende raconte qu’il aurait perdu à la courte-paille… C’est c’qu’on dit. En attendant, je lui trouve un air de Résonancia à la petite Veronica, vous ne trouvez pas ?

Twisted Sister – We’re Not Gonna Take It (1984). Quand on évoque le glam metal des années 80, on pense plutôt à Kiss. Il ne faut pas oublier Twisted Sister qui place la barre on ne peut plus haut en terme d’extravagance. Au programme : des riffs de guitare de l’enfer, de la rébellion adolescente, des fringues en cuir et… des travestis.

Spritualized – Hey Jane (2012). Cette récente vidéo nous raconte l’histoire d’un jeune papa qui se travestit en Jane et se prostitue pour élever sa jeune pousse. Ce clip s’est fait remarquer à sa publication parce qu’il traite de deux sujets tabou, mais aussi parce que sa réalisation est une belle réussite. Cœurs sensibles, s’abstenir.

Sister Queen – Let Me Be A Drag Queen (1995). Vous connaissez les boys band mais connaissez-vous les drag queens band ? Au milieu des années 90, Tonya, Allison, Felicidad et Yaz ont enflammé un grand nombre de dancefloors de l’Hexagone. Œuvrant pour la “paix et la capote” (si, si !), Sister Queen s’est également fendu d’un remix electro en 2011.

David Bowie – Life on Mars? (1971). David Bowie n’est pas à proprement parler un travesti, mais avec son apparence, il a souvent brouillé la ligne des genres. Dans Life on Mars?, le génie londonien apparaît sur fond blanc, vêtu d’un costume bleu azur masculin mais surtout couvert d’un maquillage tape-à-l’œil qu’on accorderait plutôt à la gent féminine.

Jeffree Star – Beauty Killer (2009). MySpace n’est plus qu’un lointain service. Le réseau social de la musique a tout de même révélé la Queen of the Internet, comme s’auto-proclame Jeffree. Mannequin, transformiste et maquilleur, Jeffree Star est aussi DJ et auteur-compositeur. Un curriculum vitæ bien rempli, en somme.

Culture Club – Do You Really Want To Hurt Me (1982). Boy George s’est toujours distingué par ses tenues à la frontière des genres. À l’instar de David Bowie, il est difficile d’affirmer qu’il se travestit dans le clip Do You Really Want To Hurt Me, mais son maquillage, sa coiffure et son allure générale interpellent.

Chris Crocker – Freak of Nature (2011). Vous connaissez certainement Chris Crocker et son célèbre LEAVE BRITNEY ALONE!, à l’origine de nombreux memes sur la toile. Les 262 705 pouces rouges reçus dans sa célèbre vidéo n’ont visiblement pas entaché sa popularité. En 2011, il se fait à nouveau remarquer avec le clip très provocateur de Freak of Nature mettant en scène la sexualité débridée, le sado-masochisme, l’homosexualité et le travestissement. Vaste programme… Et à nouveau : âmes sensibles, s’abstenir.

Placebo – Nancy Boy (1997). Brian Molko est à la fois le chanteur de Placebo mais aussi le travesti notoire du groupe, même s’il a perdu de son envie “d’être femme” avec la chute progressive de ses cheveux. La chanson Nancy Boy dresse son portrait caricatural dans une mise en scène sous acide. Pour information, “nancy boy” est une expression anglais désignant un garçon efféminé.

J’espère que cette sélection vous aura plu et vous aurez découvert, par la même, quelques clips que vous ne connaissiez pas. Cela n’est bien évidemment qu’un infime échantillon de ce qui existe en clips “transgenres”, aussi je vous invite à partager vos coups de cœur en commentaires.

Bisous !

Avatar
Andromèdehttps://travesti.fr
Bonjour ! Je suis Andromède, l'auteure de ce site Internet. Je suis également la fondatrice du e-commerce Travesti.fr - La boutique des travestis.

8 commentaires

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles récents

Comment déterminer la morphologie de son visage ?

Ovale, carré, long : il n'est plutôt pas facile de déterminer la morphologie de son visage. L'information peut pourtant vous aider dans le choix d'une perruque. C'est pour cela que cet article a la vocation de vous aider à connaître la forme du vôtre avec une méthode facile, un simple mètre de couturière et un miroir. Alors, quelle est la morphologie de votre visage ?

Les rencontres d’un autre genre : entretien avec Jaina

Dans cette interview des Rencontres d'un autre genre, Jaina explore les origines de son travestissement, son genre et sa couleur de cheveux qui ne répond à aucune étiquette.

Les rencontres d’un autre genre : entretien avec la grande Julie

Dans cette interview des Rencontres d'un autre genre, nous avons interrogé la Grande Julie à propos de sa culpabilité de transgenre, la découverte de soi-même, la reconnaissance de son genre et les joies du coming out.

Les rencontres d’un autre genre : entretien avec Emilie85

Cette interview des Rencontres d'un autre genre est consacrée à Emilie85 qui explique son parcours de transidentité, son goût pour la photographie et sa vie de couple.