Accueil Non classé Il ou elle ?

Il ou elle ?

L’accord au féminin ou masculin reste l’éternel débat au sein de la communauté des travestis. Entre ceux (celles, pardon !) qui s’accordent au féminin et celles (oups, je voulais écrire ceux) qui ne jurent que par un « lui » bien viril, on ne sait plus comment accorder un tel ou une telle. Enfin, une telle ou un tel. Il n’existe pas de réponse parfaite qui mette tout le monde d’accord puisque cela dépend finalement des sensibilités des unes, des uns et des autres. Aussi nous avons décidé de confronter deux points de vue diamétralement opposés, Capcom d’un côté et SNK de l’autre. Alors, il ou elle ?

 

Émilie la Nuit : Il !

Emilie la Nuit Joyeuse Saint-Valentin (6)
Garçon malgré lui !

Je précise, avant que les militantes intégristes ne mettent le feu à ma voiture : je n’ai absolument aucun problème à accorder les travestis au féminin, je suis même vraiment open là-dessus. En retour, j’aimerais vraiment la tolérance de la communauté transgenre, j’aimerais vraiment que la part de masculinité de ceux qui se sentent “homme” soit respectée. Ce n’est pas toujours le cas, mais mon travestissement va dans ce sens. En ce qui me concerne, c’est « il » et rien d’autre. Oh, bien sûr, je ne vous bouderai pas si vous m’accordez au féminin… Après tout, à jouer à la poupée comme je le fais, je l’aurais un peu cherché. Mais tout de même.

Alors vous vous demandez peut-être, et c’est très légitime : pourquoi faire autant d’efforts pour avoir l’air d’une femme et vouloir être accordé au masculin malgré tout ? Et bien… Tout simplement parce qu’après de mûres et intenses réflexions, je ne me sens pas du tout femme. Je n’ai jamais été une femme et je n’en serai jamais une. Même pas un petit peu, même pas au fond de moi. Même en jeux vidéo, je ne joue que des personnages masculins (bon, pas toujours, mais souvent), alors tu parles ! Pour être tout à fait franc, la lecture des blogs comme ceux d’Amandyne ou de Fuijeda m’ont aidé à me comprendre : tout ce que je désire, c’est porter des choses traditionnellement associées au genre féminin. Non pas devenir une femme.

Mon « combat », aujourd’hui, c’est l’intersexualisation de la mode. J’invente des mots, mais je m’explique : pourquoi une jupe serait plus féminine qu’un short en jean ? Pourquoi, en tant que garçon, il serait mal vu de se maquiller pour aller bosser, surtout que ça camoufle bien les frasques de la nuit ? Les cheveux longs ne sont pas réservés aux nanas, comme les cheveux courts réservés à ces messieurs ! Il n’y a pas de chromosomes X ou Y dans le coton, dans les pigments de couleur ou dans les accessoires de mode ! Il n’y a donc pas raison de les réserver à tel ou tel sexe.

C’est en tout cas l’idéal pour lequel je milite. L’égalité des sexes ne progresse qu’à petits pas, et si assumer ses jupettes et sa masculinité peut aider les jeunes hommes qui voudraient se teindre la mèche, se vernir les ongles ou, pire, se balader avec un joli sac à main… Tout comme les jeunes filles portent des épaulettes militaires, des marinières ou des cavalières… Et bien, je pense que ça vaut vraiment le coup d’être accordé au masculin !

Nina Lolilove : Elle !

Nina Lolilove - White Accepted 01
Fillette à ses heures…

Je ne me suis jamais exprimée sur le sujet. Ou alors très peu et en restant vague sur mes positions. Mais finalement, je préfère être accordée au féminin. Je ne rejette pas le “il” pour autant, c’est d’ailleurs ce pronom que j’utilise toujours pour dialoguer sur le forum ou le chat d’XXY. Une forme d’habitude comme si je parlais avec de bons potes. Dans ces moments-là, je ne suis pas Nina. Mais pour autant, lorsque je prends la peine de me travestir, comme sur mes articles ou en soirée, je préfère employer le “elle” et qu’on me conjugue comme telle.

Pour moi, ça va de soi : j’essaye d’emprunter avec plus ou moins de succès tous les aspects et comportements d’une femme. Cela va du visuel à la démarche et, dans ce package, il y a bien sûr l’accord au féminin. D’ailleurs, devant tant d’efforts je serais bien dégoûtée qu’on m’interpelle : “Hé, ça va mon gars ?”, la “magie” en serait cassée.

En parlant de “magie” , c’est pour moi un point important et pour lequel j’ai beaucoup de mal à associer le masculin dans le travestissement. Par exemple, je n’aime pas beaucoup les transformations “avant/après”. Je ne vois personnellement aucune utilité à voir quel mec se cache sous cette nana, dans mon esprit c’est une fille et point final. OK, je suis déjà apparu en garçon pour des tutoriels de maquillage, mais cela était nécessaire pour partager ma passion et je peux vous dire que cela m’a longtemps fait réfléchir. Ce n’est pas par peur d’être reconnue, mais je préfère qu’on me voie sous la forme d’une femme.

Autre point important dans la “magie”, c’est la voix. Cela peut paraître futile pour beaucoup, mais j’ai bien du mal avec ma voix de baryton. C’est d’ailleurs pour cela que je ne parle pas encore dans mes vidéos. Pour moi, cet aspect fait partie d’un ensemble tout aussi important que le visuel, le comportement, le prénom ou la conjugaison. Pour faire le parallèle avec ce qu’écrit Émilie, ce n’est pas parce que j’utilise le “elle” que je me pose des questions sur mon genre. Je suis 99% de mon temps un garçon et pour le pour-cent restant, je joue à fond les cartes de la féminité !

Pour conclure, hormis face à des choix comme celui d’Émilie (que je comprends), je préfère accorder les travestis et transgenres au féminin, par respect pour ces personnes et surtout parce qu’il m’est bien difficile de dire “il” quand on a en face de soi une personne féminine.

Il ou elle ? Moi !

Bien évidemment, cette confrontation d’avis n’a pas vocation à vous imposer un pronom ! Il ou elle, le choix vous appartient. La tendance est à accorder les travestis au féminin, cela fait même partie de l’honorable charte « Trans Media Watch ». Mais n’oublie-t-on pas ces hommes qui, tout simplement, souhaitent porter ce qui leur plaît, indépendamment de leur genre ? Si, sans doute. Devant l’ambiguïté de la réponse, nous vous invitons à nous indiquer la façon dont vous préférez être accordé(e), en commentaires par exemple ou sur le forum, directement !

Avatar
Andromèdehttps://travesti.fr
Bonjour ! Je suis Andromède, l'auteure de ce site Internet. Je suis également la fondatrice du e-commerce Travesti.fr - La boutique des travestis.

14 commentaires

  1. Coucou à vous deux.
    Je n’ai pas la prétention d’écrire où d’analyser aussi bien que vous un tel sujet mais, pour ma part, lorsque je rencontre une travestie, à mes yeux, c’est une femme et je préfère utiliser le pronom ELLE.
    Pour un garçon, aller au travail avec un sac à main, du maquillage ou autre ne me parait pas normal… selon moi. Le maquillage, la chevelure, l’habillement, la voix (comme le dit Nina), la démarche, etc. bref, voilà tout ce qui fait la féminité d’une femme, travestie ou non.
    Oui, il serait presque insultant, qu’une “personne” qui ait fait la démarche de se travestir, de se faire belle, d’être désirable en somme se fasse interpeler d’un :
    “ça va bien mec”?
    Toute la magie de cette féminité disparaitrait alors. Pour ma part, lorsque je me retourne sur une jolie femme, je me dis toujours que ELLE est jolie, qu’elle soit travestie ou non.
    Je finirais en disant qu’il y a une fameuse phrase : “c’est un garçon loupé” qui veut bien dire ce que cela veut dire : ni féminité, ni maquillage, ni sac à main, bref… pour ma part, c’est à mille lieux de ce que je cherche chez une vraie Femme, travestie ou non.
    En conclusion, pour ma part, j’utiliserai le pronom : “ELLE”.
    Amicalement à vous deux, à toi Nina & à toi Emilie.
    Didier-Olivier

    • Hello.

      Ce qui est important à retenir, à mon huuuumble avis, ce n’est pas de savoir ce que tu penses être bon d’utiliser comme pronom pour un tel ou une telle, mais que tu utilises le pronom avec lequel la personne se sent à l’aise !

      Je connais des tas de garçons “efféminés sur les bords”… Mais tout ça n’est qu’une apparence, puisqu’ils ne se sentent pas du tout femme, d’ailleurs ils ne pratiquent même pas le travestissement. Peut-on les accorder au féminin ?

      Au contraire, je connais des trans en devenir qui n’ont rien de féminin, à première vue, mais qui au fond d’elles se sentent femme et rien d’autre. Faut-il les accorder au masculin, juste parce qu’elles ne sont pas parées de leur toute féminité ?

      Après, je pense qu’il ne faut pas tomber dans la caricature… Moi, je ne connais personne qui me dises “Salut, mec !” Même si j’insiste pour le pronom masculin 🙂 !

      Donc en fait, ce qui me semble important, surtout, c’est de savoir… Et toi, si l’envie te prend de te travestir, comment voudrais-tu être accordé(e) ? Au masculin ou au féminin ?

      Peace.

      Je rebondis également sur “l’anormalité” de porter : du maquillage pour un homme (c’est les vendeurs de MAC qui vont faire la gueule), un joli sac à main (chez Zara, ils vont te bouder !) ou des cheveux longs (Zlatan va être colère). Ce que je ne trouve pas normal, c’est ce monde de l’entreprise qui impose sa norme et qui ne laisse pas s’exprimer l’individu, mais c’est un autre débat… 🙂

  2. Trans Respect est un projet de recherches financé par le TGEU et a vraiment très peu de rapport avec le travestissement mais plutôt avec la situation des personnes transidentitaires dans le monde.

    En terme de charte – et notamment d’utilisation du bon genre, vous faites certainement référence à la charte de Trans Media Watch dont nous avons fournit une traduction ici : http://www.txy.fr/blog/2012/05/27/guide-pour-les-medias-approches-a-eviter/.

    En rapport avec l’article, le point essentiel est d’utiliser le pronom que vous demande d’utiliser la personne et qui correspond à son ressenti intérieur. A noter d’ailleurs que certainE ne se définissent ni IL ni ELLE (agenre ou genderless) et qu’il est possible d’utiliser IELLE.

    @+

  3. Pour moi, entre les 2…
    Je ne me sens absolument pas ELLE. Mais je me plie finalement à l’environnement et adopte le pronom que les gens veulent me donner. Du coup, c’est globalement ELLE partout, sauf ici, sur ce site ! 🙂

    Par contre, en live, en sortie c’est plus compliqué. Autant à l’écrit, l’exercice du ELLE est relativement simple, autant à l’oral, c’est très très compliqué… Ca m’écorche les cordes vocales à chaque fois… 😀

  4. Si je résume bien, la première chose à faire serait de demander à la personne comment elle souhaite être appelée. Je vois bien la scène: “Alors pour toi c’est il ou elle?”
    Pour celles qui ne veulent pas choisir il reste la solution de facilité (sic) de n’employer que leur prénom ou pseudo (en espérant qu’il ne soit pas mixte, parce que là on ne s’en sort plus…)
    Personnellement je trouve logique d’employer le féminin face à une personne qui s’habille au féminin et le masculin dans l’autre cas. Si j’ai ensuite une remarque de sa part pour souhaiter autre chose j’en tiens compte.
    Par contre “dans la vie de tous les jours” il me semble difficile de pratiquer un langage ou une expression aussi ambigüe…
    Si un jour on arrive a ce que les hommes et les femmes puissent s’habiller comme l’écrit Emilie ces considérations perdront de leur importance

    • Est-ce à moi que tu répondais Ester ? Non, je confirme ce que j’ai dit : une personne habillée en femme, je dis “elle” (ou madame, au choix) et inversement pour une personne habillée en garçon. Là, j’emploie “il”.
      Pour ma part, je pense que le fait (pour un garçon par exemple) de vouloir se travestir implique qu’il aime à se sentir Femme et donc à être appelé “Elle” ou Madame.
      😉

    • En ce qui me concerne, je considère que l’habit fait le moine. Ou la none plutôt 🙂
      Quand on a l’apparence d’une femme, c’est “madame”. Et inversement. Une convention sociale plus ou moins admise par la majorité. Et j’en suis ravie. Cette différentiation compte à mes yeux. Pour reprendre la réflexion de Ester “Si un jour on arrive a ce que les hommes et les femmes puissent s’habiller comme l’écrit Emilie ces considérations perdront de leur importance” Voilà quelque chose que je vivrais mal. Je veux pouvoir affirmer le genre que j’ai choisi de vivre au travers du code vestimentaire communément admis et ne pas avoir à me justifier tout le temps.
      Donc, concernant la question initiale: Moi c’est ELLE TOUT LE TEMPS!
      😉

  5. bonjour,
    excellent le débat, bonne idée!
    bah moi je me rangerai du côté des partisans du “elle”
    c’est vrai que ça fait chier de se faire traiter comme un gars après avoir passé 2 heures à se faire belle…
    Tout ça parce qu’on a une voix de gars… (les boules!!!)
    Du coup, il faut dire:
    “Elle” à ceux qui ressemblent à une meuf
    “Il” à ceux qui ressemblent à un gars
    et “???” à ceux qui ressemblent à rien lol
    biz à tous

  6. bonsoir,
    Intéressant débat avec des réponses toutes aussi intéressantes.
    Personnellement c’est à chacun de voir, comme il le sent il n’y a pas de règles à imposer. Pour ma part, je n’aime pas appartenir à telle ou telle communauté. Chacun doit vivre comme il l’entend tout en respectant autrui et de dire simplement s’il ou elle veut qu’ont lui dise des mots au féminin ou au masculin.
    Je ne connaissais cette question du “il ou elle”, mais s’il y a débat dans ces communautés, je trouve cela plutôt alarmant parce qu’elles intègrent déjà une non-tolérance dans une société où il y a déjà une non-tolérance de cette société vis à vis de leur propre communauté. Oups c’est rock’n’roll 😉
    D’autre part, pour le travestissement quel qu’il soit, il est déjà intégré depuis des lustres notamment chez les peuples indiens d’Amérique du nord, ainsi qu’en Inde et certainement ailleurs. Il n’y a que chez les occidentaux qui se disent avancés qu’il y a régression à ce niveau là … alors que les celtes avaient intégré au sein de leur société des hommes travestis avant que la religion catholique ne détruise tout.
    Pour moi c’est de la br.nl.tt. (non, on n’est pas à jeux sur TF1 (aïe pas de pub !!!), bon ok gagné) intellectuelle et surtout une belle hypocrisie …
    L’avantage que l’on a (bien que certaines femmes peuvent être à la hauteur), c’est que si un mec nous rigole au nez parce qu’on lui demande de dire elle, on peut lui coller une châtaigne (c’est plus romantique).
    Vous êtes tous mignonnes, non je ne passerai pas d’annonce …
    Bises
    Michèle

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles récents

Comment déterminer la morphologie de son visage ?

Ovale, carré, long : il n'est plutôt pas facile de déterminer la morphologie de son visage. L'information peut pourtant vous aider dans le choix d'une perruque. C'est pour cela que cet article a la vocation de vous aider à connaître la forme du vôtre avec une méthode facile, un simple mètre de couturière et un miroir. Alors, quelle est la morphologie de votre visage ?

Les rencontres d’un autre genre : entretien avec Jaina

Dans cette interview des Rencontres d'un autre genre, Jaina explore les origines de son travestissement, son genre et sa couleur de cheveux qui ne répond à aucune étiquette.

Les rencontres d’un autre genre : entretien avec la grande Julie

Dans cette interview des Rencontres d'un autre genre, nous avons interrogé la Grande Julie à propos de sa culpabilité de transgenre, la découverte de soi-même, la reconnaissance de son genre et les joies du coming out.

Les rencontres d’un autre genre : entretien avec Emilie85

Cette interview des Rencontres d'un autre genre est consacrée à Emilie85 qui explique son parcours de transidentité, son goût pour la photographie et sa vie de couple.