Accueil Non classé J’aimerais juste être moi-même !

J’aimerais juste être moi-même !

Dans le fond, qui se travestit : Julien ou Émilie ? Je ne vous cache pas que la question est rhétorique, surtout que derrière ces prénoms se cache une seule et unique personne. Dans une société parfaite et imaginaire, je me réveillerais les orteils peints. Au boulot, on me ferait remarquer que mon liner déchire. Et je libérerais mes petons de leurs escarpins trop serrés dans les transports en commun, attention aux odeurs. Mais dans la vie réelle, dans notre triste société, tout cela n’est qu’un doux rêve. Et pourtant, la seule chose qui me ferait plaisir, ce serait d’être moi-même, uniquement être moi-même.

être soi même
Être soi même… Facile à écrire, mais difficile à faire !

Un garçon au féminin

Quand on m’interroge sur les raisons de mon travestissement, je suis souvent désemparé. Les réponses sont si superficielles que je n’ose pas les avouer. Tout n’est question que de vêtements, de pigments de couleurs et de sacs à main. C’est bête à écrire, mais c’est la vérité. Alors forcément, les gens voient souvent un « personnage » dans ma version féminine, tant le fossé semble grand, visuellement parlant, de Julien à Émilie. Pourtant, je n’essaye pas forcément de paraître femme et encore moins d’être femme. Je veux juste être moi-même : un garçon qui aime la mode féminine.

être soi même
Malgré l’apparence féminine, mon ombre sera éternellement virile. Je suis né homme, je mourrai homme.

Make-up for men! It’s not glitter…

C’est là que les choses se compliquent. Je ne fais pas « qu’aimer » la mode féminine, je la porte également. Mais dans une société comme la nôtre, il est difficile d’assumer une telle passion. Des siècles de clivage séparent l’homme de la femme, ce n’est pas nouveau. C’est particulièrement vrai dans la mode ! Rares sont les établissements à proposer des collections entièrement mixtes. Par exemple, les collants sont complètement absents des garde-robes (qui portent mal leur nom !) de ces messieurs, alors que c’était la base d’une belle jambe de Roi de France, il fut un temps. Que dire du maquillage. À la télévision ou au cinéma, tous les hommes sont maquillés, que je sache. Mais dans la « vie réelle », c’est difficilement envisageable, finalement… Alors qu’il n’y a pas plus viril que le maquillage qui était, à l’origine, un outil pour guerroyer ! Alors forcément, quand un parfum t’hypnotise, comme La vie est belle de Lancôme (ma dernière obsession), tu as envie de le porter toi aussi. Et bizarrement, personne ne le remarque. Car dans le fond, qu’est-ce qui différencie un parfum d’homme d’un parfum de femme, outre le packaging ?

être soi même
Suis-je déguisé ou simplement habillé ?

X ou Y ? Peu importe, je te choisis Grenousse !

La question se pose aussi pour n’importe quel vêtement ! Jusqu’à preuve du contraire, une jupe n’a pas de « chromosome ». Alors pourquoi une jupe serait-elle plus féminine que masculine ? Je vous le demande… Notre société a banni la jupe de la garde-robe des garçons, mais ça n’est pas le cas dans d’autres sociétés, à d’autres époques ou en d’autres lieux. Regardez les femmes : elles ne se posent pas de questions. Enfin, si, elles s’en posent, ce n’est qu’une façon de parler. Mais je veux dire : les femmes n’ont aucun problème à adopter des épaulettes militaires ou des jeans « boyfriend » dans leurs propres looks. Ce n’est rien que du tissu, rien d’autre que du tissu.

être soi même
Pourquoi je m’habille avec des trucs de femme ? Parce que j’aime ça. Et ça me suffit !

L’enfer, c’est les autres !

M’enfin, on enfonce des portes ouvertes, sur ce site. Je sais très bien, très chère lectrice, très cher lecteur, que vous êtes autant convaincu que moi. Le problème, c’est qu’adopter « la mode féminine » est très difficilement compatible avec le monde professionnel. Hélas… J’en fais l’expérience depuis quelques temps. Dans les domaines de la communication ou du marketing, par exemple, l’image compte pour beaucoup et au-delà d’une certaine longueur de cheveux, c’est difficile d’être embauché. Pour réussir, pour percer, il faudrait sortir d’un moule, être une copie conforme du travailleur, le col bien boutonné, le cheveu grisonnant et des WayFarer écaillées pour présenter les *.pptx compilés sous Powerpoint. Mouais…

J'ai souvent l'impression d'être enfermé...
J’ai souvent l’impression d’être enfermé…

La société, elle a que des problèmes

George Abitbol conclurait par un « monde de merde » bien frappé, j’en suis sûr. Je me sens moi-même « enfermé » et « prisonnier » de cette société, bien dans ma peau mais pas dans mes fringues, dans beaucoup de situations de la vie. Obligé de me démaquiller pour bosser alors que le fond de teint corrige si bien mon teint, contraint à passer un jean trop serré alors qu’une robe bien large m’est tellement plus agréable… Tout ça pour l’image, tout ça pour « paraître ». Qui se travestit ? On y revient, vous voyez…

être soi même
Brisez les barrières ! Au-delà ? La liberté !

Be Yourself

Mais il y a aussi ces jours, où je ne rends aucun compte et où je suis moi-même : les grillages tombent, les cieux bleuissent et les fleurs poussent ! Ces moments sont précieux et je vous invite à les vivre pleinement. Évadez-vous et ne bradez pas votre personnalité, vos goûts, vos envies en échange d’une carrière ou d’un poste, pour être bien vu par votre voisin ou pour ne pas déranger le conformisme d’un inconnu. Existe-t-il une plus grande satisfaction, dans la vie, que de se trouver soi-même ? On peut tout avoir, tout gagner, tout réussir… Mais il faut être vigilant à ne pas vivre la vie rêvée d’un autre…

être soi même
L’essentiel, dans la vie, c’est de trouver l’équilibre !

Être moi-même, c’est tout ce que je demande. Et j’espère que vous trouverez également le courage d’être vous-même. Dans notre société, ce n’est pas toujours facile, mais ne l’oubliez jamais : le monde se renouvelle perpétuellement. Si vivre pleinement sa vie de travesti peut aider les jeunes pousses à vivre la leur plus facilement… Alors franchement, ça vaut le coup.

Avatar
Andromèdehttps://travesti.fr
Bonjour ! Je suis Andromède, l'auteure de ce site Internet. Je suis également la fondatrice du e-commerce Travesti.fr - La boutique des travestis.

37 commentaires

  1. Très jolie cette serie de photos.

    Quel plaisir ce serait de pouvoir simplement choisir au jour le jour suivant l’humeur du moment.

    Dans une moindre mesure évidement, Ton article aurait pu quasiment être écris par une femme. Combien d’entre elles doivent adapter leur look pour adopter les codes vestimentaire de leur travail ? Et combien d’entre elles refoulent leur envie de féminité tout simplement pour ne pas se faire harceler ou se faire juger.

  2. Emilie,

    Restons optimistes. Comme beaucoup ici, je partage la même conception que toi du travestissement, et c’est vrai que les idées reçues et stéréotypes nous empêchent de vivre les simples plaisirs de s’habiller comme bon nous semble (même en homme d’ailleurs, on pourrait faire un topic la dessus !!!)

    D’où la nécessité au passage d’une vraie soirée XXY. Et regarde surtout toutes les conséquences positives depuis deux ans de ta passion.

    C’est impressionnant de voir le nombre de personne qui ont rejoint en quelques mois le site et par là-même qui soutiennent ta démarche. Tu as ainsi – peut-être sans t’en rendre compte – aider des gens (moi le premier qui à ta lecture à oser rentrer pour la première fois dans une boutique spécialisée) et ça, ce n’est pas rien !

    Je profite de ce commentaire pour te féliciter pour ton style rédactionnel qui est fin et riche (là aussi, c’est rare sur Internet) et qui indiscutablement anoblit le sujet. Longue vie à XXY.FR.

    • Tes commentaires me font très plaisir 🙂 ! Merci ! Une soirée XXY.fr, ça fait un petit moment qu’on en discute et ce serait une excellente chose pour être toutes et tous soi-même l’espace de plusieurs heures, décrochage social organisé, quoi.

  3. Je viens de prendre conscience que les femmes sont bien plus accepté masculinisées que les hommes féminisées
    (et j’ai tellement d’amis “gay ou “lesbiennes” que je ne me rends même plus compte de la pression qui s’exerce sur leur minorité -tout comme d’autres minorités souffrent aussi de discrimination -)
    Je n’ai pas d’autre solution que le courage d’être soi-même au maximum et le bonheur intense de l’être à chaque fois que c’est possible 🙂

    • Ha mais complètement : les femmes portent des jeans, des cavalières, des bottes de pluie, des vestes militaires et même, depuis peu, la moustache 🙂 !

      Mais après, je ne me plains pas, car dans la société, on a quand même beaucoup de chance d’être un homme. Je plains les femmes tous les jours, alors si elles ont au moins cet avantage, tant mieux 🙂 !

  4. Tout d’abord, très jolie série de photos, et très naturel, donc sans hésitation, tu es bien habillé et non pas déguisé, et ça c’est un accomplissement, ce n’est pas donnée à tout le monde.

    De plus, je rebondit sur ce qu’a écrit Julie, tu es en effet déjà toi-même, mais le problème qui est peut-être sous-jacent, c’est que tu voudrais être toi-même aux yeux du monde… Le vrai malaise est peut-être de ne pas pouvoir se montrer au monde tel que l’on est, c’est la frustration de devoir se conformer aux codes, et par là-même perdre sa personnalité qui s’efface derrière ces codes, même lorsque l’on s’est trouvé et que l’on croit avoir atteint l’épanouissement.

    C’est l’idée que l’on communique autant, voire davantage aux autres de par son apparence, qu’en communication orale classique, donc il y a la frustration d’être amputé de cet aspect fondamental des relations sociales lorsque l’on doit s’effacer derrière une apparence classique, stéréotypée, et sans saveur….

    C’est en tout cas un peu comme cela que je vois les choses.

    • Yves Winkin te donne raison. Je suis assez d’accord, se conformer au code, c’est ne pas communiquer, finalement. C’est comme ça que je vois. C’est comme accrocher des tableaux aux murs ou mettre des fonds d’écran de téléphone : on s’exprime. Ben l’apparence, c’est la même.

      T’as fait des études d’information et communication ou rien à voir ?

      • J’ai abordé cet aspect des sciences humaines dans le cadre d’un module de management qui faisait partie de ma formation principale (école d’ingénieur). Très intéressant, il y aurait beaucoup à dire sur le sujet…

        C’est aussi un des aspect fondamentaux de la notion de liberté d’expression : plus un pays est libre et ouvert, plus il te laissera te personnaliser dans ton apparence, et l’inverse pour une dictature… A méditer… La France étant le pays des libertés par excellence !

  5. J’apprécie énormément ce type de textes. Il sent bon l’authenticité, il respire la fraîcheur.
    Il décline avec pertinence, l’œil acéré des situations, des états d’âme auxquels nombreuses d’entre nous (nombreux d’entre nous, …) sont confrontés -es.
    Pour celles, ceux doutant, n’osant il porte l’espoir, il invite à se réaliser.
    J’ai bien connu (trop bien même !) ces doutes, ces alternatives ; suis-je ou ne suis-je pas. J’ai bien connu l’angoisse d’un jour envolée le lendemain, revenant le surlendemain, … J’ai bien connu la certitude du moment disparaissant plus vite qu’un cheval au galop, réapparaissant l’instant d’après sans savoir pourquoi et/ou comment !
    A l’âge quasi canonique qu’est le mien toutes ces questions sont loin derrière moi.
    MAIS, …
    Non sans mal je m’en suis émancipée grâce précisément à des témoignages entendus et/ou lus, grâce à certains exemples desquels je me suis nourrie à me forger cette identité qu’au fond de mon être je revendiquais être mienne, grâce au soutien de proches ; famille, amis -es, relations de travail.
    Quoi que je fasse, où que je sois je suis femme.
    Quoi que vous décidiez d’être, chères lectrices, chers lecteurs, je vous invite à suivre les bons conseils d’Emile, ceux des réponses que son témoignage ont engendrés : Vivez vous-même, vivez heureux -es. Soyez vrais, sincère au fond de votre tête, au fond de votre cœur.
    Merci à Emile, merci à celles et ceux ayant apportés leurs contributions à nous entretenir de l’essentiel ; la véracité de l’être humain, fut-elle s’inscrivant hors normes !
    Marie Bernadette

  6. Pas bieeeen , être sur un chantier sans casque, ton travestisme est incomplet !! 😀

    Superbe série de photos comme on aime,pour ton récit je suis tout simplement 100% d’accord avec toi et ta vision des choses, d’ailleurs avec ma petite femme ont a décidés de beaucoup plus sortir et balader cette année, un peu ras le bol des stéréotypes et vivre tout simplement ce qu’on aime quand on aime.

    Bises ! 😉

  7. Que dire à part le fait que je te comprend parfaitement.
    je me suis moi- même posée cette question il n’y a pas si longtemps.
    Est-ce lorsque je suis “matthieu” que je me travesti où lorsque je suis “Maria”.
    Au final je suis ces 2 personnes en mêmes temps, mais c’est lorsque je suis “maria” que je me sent 100% moi même.
    Mais il est vrai que dans notre société actuelle nous nous sentons souvent différentes et regardées de travers, alors qu’au fond nous ne souhaitons qu’une seule chose:
    Etre nous même

    Gros bisous à toi émilie, très belles photos d’ailleurs.
    Te laisse pas abattre

    • Merci pour ton commentaire ! 🙂 Tu sais, aujourd’hui, je ne trouve même plus qu’il y ait Emilie et Julien, pour moi, il n’existe plus que Julien. J’aimerais même changer de pseudo pour remettre le Juju d’usage, mais c’est pas si simple 🙂 !

  8. Salut Émilie,
    Histoire très touchante. Et aussi très reconnaissable.
    Et non seulement tu fais des très beaux vidéos, tu sais aussi comment écrire. Bravo! (oui je suis aussi un de tes 2000+ abonnées sur youtube)
    Tu t’as déjà pose la question si tu as une autre vocation dans la vie que le reste des gens? Tu es intelligente, as le sens de l’humour, as un talent artistique. Tu es encore jeune et belle. Tu peux faire d’autres choses que discuter en vain le longueur de tes cheveux avec un futur manager……

    Bisous,

    Karin
    (aussi travesti bien entendu!)

    • Merci pour ton gentil commentaire ! Des vocations ? Des tas, mais des tas ! Mais ma plus grande vocation, c’est de réussir à monter un super site de VPC pour les travestis, un studio de photo et une belle rédaction. Un jour peut-être ? J’y crois, car j’ai une super pote sur qui compter 🙂 ! Hint : son prénom s’écrit en quatre lettres 😉 !

  9. je te rejoint pleinement dans tes propos , trouver son equilibre voila l’important,je l’ai trouve il y a peu et vis ma vie de femme maintenant pleinement, pas toujours comme je voudrai forcement mais je sais que je suis maintenant et surtout je m’assume pleinement et je n’ai que des retours positifs, je connais tes videos et merci au passage pour la facon de se faire une belle poitrine!merci a toi pour ce que tu donnes aux autres, tu es une belle personne.

    bisous et baisse pas les bras, ca vaut le coup d’etre soi-meme

    carla

    • Hello et merci pour ce commentaire ! 🙂 L’équilibre, c’est parfois dur à trouver. Moi, ce qui me chagrine le plus, c’est la façon dont le travestissement empiète sur tous mes autres loisirs. Sur les jeux vidéo, par exemple, où j’ai pas mal baissé le budget et la durée des sessions 😉 ! Et l’équilibre, il faut le trouver, mais il est en perpétuelle évolution, faut dire… Aujourd’hui, on vit au jour le jour, avec ma chérie, mais après, y aura les enfants, et ceci, et cela… Autant d’événements qui perturbent l’équilibre justement !

  10. Coucou Émilie,

    Pourtant, je n’essaye pas forcément de paraître femme

    Ah bah, là c’est raté alors … :O)

    Car dans le fond, qu’est-ce qui différencie un parfum d’homme d’un parfum de femme, outre le packaging ?

    Heu, ce ne sont quand même pas les mêmes senteurs : pour les hommes tu auras par exemple du musc, là ou tu chez les femmes tu trouves des tonalités plus florales. Même dans les gammes qui ont décliné une version masculine, ça fait nettement “mâle”, plus viril quoi.

    Bisous,

    Véro

    • En fait, ce que je veux dire par la première phrase que tu cites : c’est pour “paraître” femme, c’est pour porter des trucs que j’aime bien et me maquiller comme il me plaît. Homme, femme… Je m’en fous, j’aime juste bien les plumes aux oreilles 🙂 !

      Et c’est la même pour le parfum ! Pourquoi le musc pour les hommes ? Je préfère de loin l’odeur du lys à celle du thym 😉 !

  11. Très intéressant ton article et combien ambigu. A sa lecture je me rends compte que, si je pouvais être en femme à ma discrétion, le travestissement perdrait beaucoup de son attrait pour moi en devenant banal.
    Heureusement, ce n’est pas demain la veille !

  12. Superbe article. Et superbes photos.

    Quoiqu’il en soit tu maîtrises parfaitement l’art du “Soyez vous-mêmes”. Tu fais partie des personnes qui m’ont aidé à accepter qui je suis.

    Casque bas.

  13. Bel article Emilie. Je suis un peu comme toi dans le sens où j’aime me maquiller et m’habiller en femme et pour parler de mon expérience je dirai que je suis ce que les autres veulent que je sois et non ce que je veux être. C’est un simple problème d’éducation car tout ce qui est considéré comme différent est exclu de la masse.
    Je suis une fois allé travailler avec du fond de de teint et un trait très léger sur le contour des yeux (les anti dépresseur font des miracles). Les personnes qui m’ont vu n’ont rien dit mais il y avait comme un malaise dans l’air. Le lendemain on m’a fait comprendre que le look gothique n’était pas le bienvenu dans la maison, et c’était dit sur un ton très ferme les poings serrés. Autant dire qu’il vaut pas mieux la ramener, et une semaine après tout le monde avait oublié, si ce n’est un ou deux qui me demandait si j’aimais bien tel ou tel groupe goth.
    Même chose lors de mon coming out auprès de ma famille, c’est quelque chose qui n’est jamais arrivé à leur yeux et qui doit resté tabou.
    Ceci dit je pense qu’il est possible pour un travesti de vivre comme il en a envie en étant elle-même, il faut bien sûr un peu chance, mais aussi une énorme volonté de changer les choses.

    • Yo et merci pour ton commentaire et ton retour d’expérience. Ouais, voilà, les gens ne vont rien te dire mais le malaise s’installe… Après, ça dépend sans doute du domaine dans lequel tu travailles. J’ai envie de t’écrire que dans un magasin de fringues hyper branché et hype, tout est possible (enfin, presque…) et qu’un trait noir sous l’œil passera plus inaperçu que dans la vente de béton armé, c’est clair.

      En tout cas, c’est courageux d’avoir tenté et tu mérites bien ta Kasteel Rouge !

      • Non je ne mérite rien du tout car je m’étais dopé aux antidépresseurs, et si tu savais Ô combien je regrette.
        Non pas que je regrette ce que j’ai fait ça non, mais plutôt le fait d’avoir eu recours à cette merde m’a fait beaucoup de mal au fil du temps.
        Toi tu n’as pas besoin de ça, comme beaucoup d’autre d’ailleurs, et franchement ça mérite tout mon respect.

  14. Merci Emilie pour ces petits morceaux de vie et de réflexions que tu partages avec nous, toujours plein d’humour, de positivité. Nous traversons tous des moments de questionnement mais au final la seule question importante, est-on vraiment heureux? A lire Emilie, elle a fait ses choix, oui. Mais le monde nous freine tellement à nous épanouir, la lutte gronde grrrrrr, un jour, oui un jour nous serons reconnues et acceptées comme nous sommes.
    Bisous bisous
    Elodie de Savoie

    • Sans vouloir paraître pessimiste, je pense que la barrière des genres a été plus lâche dans d’autres sociétés du passé (le Japon du début du XXème siècle, la Renaissance en France, etc.). Mais effectivement, il ne faut rien lâcher : plus on sera nombreuses à s’exprimer sur la bêtise des genres, plus on aura de chance d’être acceptées 🙂 ! Imagine : un jour, il y aura peut-être des quotas pour qu’il y ait un travesti dans chaque boîte de France (délire).

  15. Bonsoir Emilie,

    comme toujours, c’est superbement écrit
    et tellement emprunt de vérité et de vécu

    j’adore cet article dans lequel je me retrouve plus que jamais ….
    celà me fait penser sans cesse à ce que je n’ose faire du fait de ma situation familiale : vivre mon (mes) rêve(s) plutôt que de rêver ma vie …

    bonne nuit les filles

  16. 35 Commentaires , tous très élogieux et pour cause, la plume est belle, le propos intelligent, les arguments irréfutables.
    Allez soyons tous un peu freres et soeurs de Martin Luther King avec son “i’ve a dream”
    Un jour viendra peut être ou nous pourrons sortir avec nos jupes crayon, et talons, même si j’ai peine à le croire, mais je suis et reste optimiste, c’est mon voeu pour 2014, bon je sais c’est pas très réaliste.
    Ce que je sais de façon formel c’est que ce que ton site donne au travestissement, une note d’élégance, et de connaissances qui dépoussière notre communauté. Merci encore.
    Et meilleur voeux ma belle pour cette année .

    PS Je trouve que l’idée d’un site dont je peux deja au vue de ton ecriture deviné son aspect classieux , serait une superbe idée , au vue de touts ses casseroles que l’on voit. Après est ce que certaines marques seront ravis de se voir sous une banniere tv, c’est autre chose.

    PS JUJU comme pour faire un pied de nez a la société dans ton apparence féminine , c’est l’aboutissement du rêve..être soi tout simplement. sans artifice sans pseudonyme.

    • Coucou et merci pour ton très gentil (et très touchant) commentaire. Avec Nina, nous mettons un point d’honneur à réhabiliter l’image du travestissement et plus généralement des hommes qui s’habillent “en femme” mais j’ai bien peur que le jour que tu attends n’arrivera pas avant longtemps, fort longtemps. Sans compter que les avancées “sociales” ne sont pas toujours acquises pour l’éternité 😉 !

      Bisous.

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles récents

Comment déterminer la morphologie de son visage ?

Ovale, carré, long : il n'est plutôt pas facile de déterminer la morphologie de son visage. L'information peut pourtant vous aider dans le choix d'une perruque. C'est pour cela que cet article a la vocation de vous aider à connaître la forme du vôtre avec une méthode facile, un simple mètre de couturière et un miroir. Alors, quelle est la morphologie de votre visage ?

Les rencontres d’un autre genre : entretien avec Jaina

Dans cette interview des Rencontres d'un autre genre, Jaina explore les origines de son travestissement, son genre et sa couleur de cheveux qui ne répond à aucune étiquette.

Les rencontres d’un autre genre : entretien avec la grande Julie

Dans cette interview des Rencontres d'un autre genre, nous avons interrogé la Grande Julie à propos de sa culpabilité de transgenre, la découverte de soi-même, la reconnaissance de son genre et les joies du coming out.

Les rencontres d’un autre genre : entretien avec Emilie85

Cette interview des Rencontres d'un autre genre est consacrée à Emilie85 qui explique son parcours de transidentité, son goût pour la photographie et sa vie de couple.