Jazz Jennings : transgenre de 14 ans et égérie de Clean & Clear

11
5736

L’exposition médiatique transgenre a décidément le vent en poupe. Après Laverne Cox, Conchita Wurst ou Lea T, c’est Jazz Jennings qui s’illustre en étant choisie comme égérie de la marque Clean & Clear. Le groupe de produits dermatologiques choisit, dans sa campagne de communication #SeeTheRealMe, des adolescentes aux parcours atypiques mais aux messages inspirants.

Vous pouvez découvrir les différentes vidéos publicitaires de la campagne #SeeTheRealMe sur YouTube qui ont un thème commun : le “moi intérieur” souvent différent de ce que l’on imagine. Precious, par exemple, est visuellement déficiente et prouve que ses capacités sont égales à celles de n’importe qui. Alana, elle, pratique le skateboard, un sport dans lequel les jeunes filles coiffées et maquillées comme elle aime le faire n’ont pas toujours leur place.

Jazz Jennings

© Getty Images LOS ANGELES, CA - APRIL 20: Jazz Jennings arrives at the 24th Annual GLAAD Media Awards at JW Marriott Los Angeles at L.A. LIVE on April 20, 2013 in Los Angeles, California. (Photo by Steve Granitz/WireImage) Crédits : Steve Granitz
© Getty Images
LOS ANGELES, CA – APRIL 20: Jazz Jennings arrives at the 24th Annual GLAAD Media Awards at JW Marriott Los Angeles at L.A. LIVE on April 20, 2013 in Los Angeles, California. (Photo by Steve Granitz/WireImage)
Crédits : Steve Granitz

Le cas de Jazz est sans doute le plus évocateur pour les lectrices et les lecteurs de XXY.fr. Comme elle l’explique dans la vidéo qui lui est consacrée :

I was a girl trapped in a boy’s body*.

* J’étais une fille prisonnière dans un corps de garçon.

“Grandir” a été l’une des épreuves les plus difficiles de sa vie, notamment à cause des enfants à l’école qui l’appelaient “it“, que l’on pourrait traduire par “ça”. La véritable Jazz a fini par s’exprimer et s’épanouir pour devenir une adolescente comme toutes les autres filles, loin de la solitude que l’on associe souvent aux transgenres.

Malgré son jeune âge, Jazz étant l’un des bébés de l’an 2000, elle est un véritable espoir pour les jeunes transgenres. Sa chaîne YouTube I Am Jazz et son livre qui porte le même titre prouvent, s’il le faut, que l’on peut être transgenre et aspirer à une vie de bonheur. Cette année, elle sera aussi au cœur d’une émission de télé-réalité, All That Jazz, où son quotidien d’adolescente transgenre sera retranscrit à l’écran.

L’ascension transgenre dans les médias

Beaucoup de transgenres n’aspirent qu’à une vie discrète, où l’ombre de la transidentité s’estompe après la transition. Dès lors, le “tapage” médiatique autour de Jazz interroge ; les projecteurs se seraient-ils fixés sur elle si elle n’était pas née “garçon” ? Je n’en suis pas forcément convaincu.

Cela dit, il est vrai que la présence transgenre ne cesse de croître dans les médias, sans doute parce que c’est un thème qui reste méconnu du grand public. Pour les marques comme Clean & Clear, Benneton ou Redken, collaborer avec des personnalités transgenres est un message fort de tolérance et d’aspiration à être soi-même qui est envoyé, forcément positif en terme d’image. Pour la communauté “T”, c’est également un message plein d’espoir pour l’avenir qui saura, espérons-le, inspirer les jeunes pousses.

À votre avis, choisir une personnalité transgenre comme égérie d’une marque peut-il aider à faire évoluer les mentalités ? N’hésitez pas à nous laisser votre avis en commentaire !

[poll id=”3″]

Source : Le Soir – Une jeune fille transgenre devient égérie de la marque Clean & Clear

11 commentaires

  1. Toutes les télé-réalités sont basés sur cela malheureusement. Des bêtes de foires que les gens regardent pour s’amuser et se sentir intelligent et compagnie :p

    Pour ma part, j’aime bien comme initiative. Cela sera pas suffisant sur le long terme mais c’est un bon début ! Et puis je trouve le concept intéressant surtout si cela est bien tourné 🙂

    • Oui, et puis, entre nous… Il y a ce côté « bête de foire » qui est assez gerbant, mais on oublie aussi que c’est le cas pour de nombreux modèles. Des femmes non-transgenres sont souvent égérie non pas pour l’action, ce qu’elles sont, ce qu’elles font… Mais pour leur enveloppe charnelle. Au final, je me dis que le choix de Jazz est un bon choix, puisqu’elle a un message fort à transmettre.

  2. Je trouve que c’ est une bonne chose que les personnes transgenres soient de plus en plus visibles dans les médias. Le phénomène doit se banaliser pour que le reste de la population soit mieux informé de notre existence et de notre mode de vie et que justement, nous ne passions plus pour des bêtes de foire…

    • Je le pense aussi, il ne faut vraiment pas négliger le pouvoir des médias à ce niveau. On leur reproche beaucoup de choses et c’est normal… Mais on ne peut pas leur reprocher de ne pas essayer d’ajouter un peu de “T” dans la vie des gens 🙂

  3. Je suis totalement d’accord avec Sophies. Il faut que l’on voit de plus en plus de personnes transgenres dans différents contextes pour que les gens s’habituent. Pour qu’ils cessent d’avoir à chaque fois les mêmes clichés en tête et comprennent enfin qu’un transgenre est une personne comme les autres qui juste envie de vivre en accord avec comment il se sent à l’intérieur.

    • Pour cela, il faut aussi que le traitement médiatique des questions de la transidentié s’affranchissent des clichés. Ce n’est pas facile, c’est même souvent involontaire ! Mais, mine de rien, les médias sont de plus en plus respectueux.

  4. j’avais suivi avec émotion les premières vidéos de Jazz sur you tube il y a déjà quelques années. Je suis contente de voir qu’elle va toujours bien.
    Je suis d’accord avec l’analyse de Priska. Même si petit à petit, les mentalités évoluent à notre égard, il reste beaucoup de chemin à faire. Pour beaucoup de monde nous continuons à être des personnes dérangées à éviter.
    Alors oui, de la communication, de la communication, encore et toujours.

Répondre