Le clash des générations

33
5820

Au travail, en famille et au sein de n’importe quelle communauté, des conflits générationnels éclatent. La communauté “transgenre” n’est – hélas ! – pas épargnée par ces tensions, souvent très vives ! D’ailleurs, je rédige ces mots en réponse à la présentation sur le forum d’une jeune membre. Dans son message, elle expliquait son souhait de rencontrer des personnes de son âge, une exigence qui a mis le feu aux poudres d’un débat opposant « la jeunesse » du forum aux membres plus âgés. Pourquoi autant d’incompréhension ? Nos mentalités sont-elles si différentes au sein d’une même communauté ? Quelles sont les clés pour empêcher ces conflits ? Autant de questions sur lesquels je vais me pencher.

L’incompréhension générationnelle

Difficile d’écrire le contraire, nous avons tous, ou presque, connu des tensions avec des personnes plus âgées ou plus jeunes que nous : avec nos parents qui ne comprennent pas toujours nos choix, avec le doyen du boulot qui nous prend de haut à cause de notre manque d’expérience, ou encore avec une adolescente qui nous considère comme trop vieux pour comprendre sa musique, ses goûts vestimentaires et autres besoins matériels. Ces différences de perception, d’opinion, de manière d’agir et de but qui existent entre les générations peuvent amener à des désaccords, voire à des conflits. Si on rajoute dans l’équation les jugements de valeurs et les a priori, l’incompréhension générationnelle est totale.

Nina Lolilove - Clash des générations 1
La vie réelle n’est pas aussi simple que dans un jeu des sept familles.

Les différences entre les générations

Chaque génération a vécu des étapes marquantes qui ne sont pas forcément comprises par les autres. Les guerres, les bouleversements technologiques, les chocs économiques et bien d’autres événements ont forgé des idéologies et des valeurs différentes et propres à chaque tranche d’âge. La génération actuelle, hyper-connectée, peut-elle facilement comprendre l’opinion, la façon de vivre et l’éducation d’une personne ayant connu la Seconde Guerre mondiale ? Pour expliquer ces différences de mentalités, les sociologues ont d’ailleurs caractérisé et identifié différentes générations en fonction d’événements, d’expériences et de cadres sociaux qu’a traversés chaque tranche d’âge :

  • La génération silencieuse (70 ans et plus) : cette génération a vécu la Seconde Guerre mondiale, ainsi que la dépression économique. Généralement ces personnes se sentent gratifiées par l’effort fourni au travail, ils s’y acharnent et restent loyaux envers leur entreprise. Face à l’autorité, Ils sont obéissants et respectueux. Leur passif les amène à rester prudents et économes. Par contre, les technologies modernes telles que les communications, l’information et les réseaux sociaux ne leur sont pas aisément accessibles et ils peuvent même y être réfractaires.
  • Les baby-boomers (50 à 70 ans) : ces personnes ont leur vie centrée sur le travail et la valorisation sociale liée à la carrière. Ils s’accomplissent dans le travail et ont le respect de la hiérarchie. Mais il n’y a pas que le travail, ils se préoccupent aussi des valeurs familiales et sont attachés à leurs proches. Ce sont également d’anciens idéalistes avec les réformes sociales, les rébellions contre le système établi et la volonté de changer du monde. Ils sont plus au fait de l’innovation électronique que leurs aînés, mais ils privilégient la lecture sur papier à la lecture sur écran.
  • La génération X (35 à 50 ans) : contrairement à la précédente, cette génération a été confrontée à une pénurie d’emplois, d’où une attitude plutôt égocentrique. Le travail est pour eux une source d’épanouissement avec un besoin d’apprendre, d’expérimenter et de participer à la prise de décision. Ces personnes sont plus enclines à devenir entrepreneures ou artistes en raison de leur attitude à rejeter l’autorité et de leur désir d’innover. Ils sont indépendants et savent faire la part des choses en équilibrant famille et travail, mais ils recherchent un résultat immédiat. Leur époque les a fait évoluer vers le multiculturalisme, l’écologie et l’égalité des sexes.
  • La génération Y (25 à 35 ans) : il s’agit de la première génération née avec un PC entre les mains. L’individualisme de leur parent les a fortement influencés avec une hyper-consommation et une sexualisation précoce qu’on ne retrouve pas chez les autres générations. Malgré tout, Ils sont ouverts, porteurs d’idées, débrouillards et critiques par rapport au monde qui les entoure. Au travail, la génération Y ne recherche pas un supérieur, mais plutôt un mentor qui saura les guider. Leur métier doit être avant tout stimulant et leur permettre d’avoir un équilibre entre la famille et les loisirs.
  • La génération Z (moins de 25 ans) : ils ont grandi avec le web social, avec comme mots d’ordre : communication, connexion, création et collaboration. Encore très difficile à cerner à cause de son jeune âge et du manque de recul, cette génération sera néanmoins confrontée au chômage, à la précarité et aux bas salaires, cherchant en priorité la sécurité.

Il est vrai que ce classement par « casse » à ses limites. L’être humain est beaucoup trop complexe avec un caractère, une éducation et une expérience qui peuvent énormément varier d’une personne à l’autre et ce, dans une même génération. Malgré tout, les traits généraux et parfois caricaturaux de ces tranches d’âge permettent de mieux comprendre et d’expliquer nos différences de perception. Ainsi, je peux mieux comprendre pourquoi mon grand-père était si près de son argent, pourquoi mon beau-père me bassine avec les syndicats et pourquoi je me lasse très vite de tout.

Nina Lolilove - Clash des générations 3
C’est bien compliqué toutes ces classifications. Allez, on va créer une grande génération XXY !

Et notre communauté, dans tout cela ?

Maintenant que les bases sont posées, avec ce constat d’incompréhension entre les générations et les caractéristiques propres à chaque tranche d’âge, qu’en est-il de notre communauté ? On le constate sur XXY.fr, et c’est une chance, le travestissement rassemble un spectre très large de la société : on y trouve la jeune personne qui prépare son baccalauréat, le quadra chef d’entreprise ou encore la retraitée qui se la coule douce sur son île. Comme énoncé précédemment, cette pluralité peut créer certaines divergences, mais celles-ci sont parfois exacerbées dans notre milieu extrêmement lié à l’image, au physique et à la beauté.

Nina Lolilove - Travesti Limites 2
Miroir, miroir, dis moi qui est la plus belle …

« Ah, les jeunes… »

Les personnes « d’âge mur » reprochent souvent aux plus jeunes leur manque de respect à leur égard. C’est parfois justifié, mais cette constatation est souvent précipitée et abusive. Dans une discussion, si quelqu’un a le malheur de faire une référence ou une comparaison par rapport à une tranche d’âge, vous pouvez être certain(e) de faire réagir, voire carrément blesser certaines personnes. Quand on parle d’âge, toutes les situations peuvent être explosives : dire qu’une tenue fait vieillotte, plaisanter sur une chanson des années 70 ou encore conseiller du maquillage à une personne plus âgée et c’est la pagaille sur les fora ou durant une rencontre. Pour éviter tout conflit, la moindre référence à l’âge devient carrément un sujet tabou ! Cette situation est dommageable, car bien souvent il n’y a aucune mauvaise pensée derrière ces paroles et ces écrits. La plupart des personnes se contrefichent de savoir qu’Odile a vingt-cinq ans ou que Sakura a soixante-trois ans. L’essentiel, dans une discussion, sont la nature des échanges et la passion qui rassemble les individus. Il ne faut pas rester constamment sur la défensive, mais plutôt s’ouvrir aux autres ; certainement la plus belle des réponses qu’on puisse donner aux rares jeunes qui pensent que vous être une « vieille conne » ou un « vieux con ».

La transmission du savoir

De l’autre côté du spectre, les jeunes générations peuvent avoir beaucoup de mal à s’identifier aux personnes plus âgées, comme dans l’exemple de d’introduction, où une membre voulait sortir et ne faire des rencontres qu’avec des personnes de son jeune âge. Apparemment, pour certain(e)s de nos cadet(te)s, les aîné(e)s ne sont pas suffisamment intéressant(e)s : elles ont peu de points communs, ou encore elles ou ils sont peu actives ou actifs. Mais c’est oublier que les personnes plus âgées ont été jeunes, elles aussi, qu’elles ont contribué à faire avancer les mœurs, qu’elles sont toujours aussi intelligentes, qu’elles sont certainement les plus actives dans notre communauté avec leurs nombreuses sorties et rencontres et qu’elles sont surtout riches d’expériences à partager. Dans de nombreux domaines et en particulier le nôtre, l’expérience n’a pas de prix. Ce n’est pas pour rien que nos aîné(e)s ont le meilleur « passing », elles savent se fondre dans la population avec les bons choix de tenue, de perruque, en adoptant un bon maintien, en prenant avant tout du plaisir et en répondant à vos questions concernant l’identité ou la sexualité. Toutes ces choses, la plupart des personnes plus âgées seront ravies de transmettre aux plus jeunes.

Nina Lolilove - Clash des générations 2
Les bouquins c’est bien, mais le vécu de nos ainé(e)s c’est encore mieux.

La passion avant tout !

Au-delà de la passation de savoir, je pense que le plus important reste la passion, la flamme, le besoin que nous avons autour du transgendérisme. Qu’on soit jeune ou vieux, on s’intéresse tous à la mode, au maquillage, à la photographie, aux techniques de ninja ou encore aux questions existentielles liées à notre pratique. Cet ensemble de centres d’intérêt nous réunit tous et peut nous amener dans des discussions interminables ! Ces points communs nous rapprochent et permettent des rencontres de tout horizon, de tout âge et avec certainement beaucoup d’autres passions communes – ou pas, d’ailleurs. De fil en aiguille, les discussions peuvent dériver sur l’automobile, les nouvelles technologies, les jeux vidéo avec des points de vue différents et tout aussi intéressants que les vôtres. On sort forcément grandi de ce genre de rencontre enrichissante, certainement beaucoup plus qu’avec une personne ayant le même âge, les mêmes opinions ou la même façon de vivre que nous.

Nina Lolilove - Clash des générations 4
Jardinage ou jeux vidéo ? Truc de vieux ou truc de jeune ? Rien de tout cela, les passions ne sont pas exclusives à certaines générations.

La jalousie

La jalousie ou le complexe d’infériorité ne sont pas exclusifs aux tensions entre les générations, ce sont certainement les plus grands maux qui touchent notre communauté et ils peuvent être visibles entre personnes du même âge. Mais j’ai souvent constaté que les personnes plus âgées complexent par rapport aux plus jeunes. « Facile pour toi avec ta peau jeune », « si seulement j’avais ton âge », « contrairement aux jeunettes, je suis limitée au niveau des tenues », « vous ne pouvez pas comprendre, c’est un truc de vieille », etc. Voici quelques exemples de phrases légères qu’on peut lire et entendre très régulièrement. Soit, il faut adapter certains aspects du travestissement avec l’âge, comme le font les femmes et les hommes avec leurs tenues, leurs coupes de cheveux, leur cosmétique et autre maquillage. Il faut vivre avec son temps, en quelque sorte. Par contre, et comme je le mentionnais avant, les personnes plus âgées sont celles qui ont la meilleure allure,  la meilleure apparence ou le meilleur « passing » comme le veut cette satanée expression consacrée. Grâce à l’expérience, le savoir-faire et même aux hormones en baisse, les aînées surpassent les plus jeunes dans l’art du travestissement. Bien sûr, elles ne seront pas les plus sexy, mais elles se reprocheront le plus du genre opposé et finalement c’est que nous recherchons toutes et tous.

Une communauté panachée à préserver

Nous avons la chance d’avoir une communauté extrêmement hétéroclite. Il faut continuer à cultiver cette diversité et même la renforcer. Tomber dans les pièges du clivage et des casses sont les pires des choses qui puissent arriver à notre petite communauté.  Je suis toujours fier de voir que, sur XXY.fr, des personnes de tout âge, de culture et d’horizon différents arrivent à se côtoyer dans une belle harmonie. Tout cela est peut-être utopique, mais je reste persuadé qu’on ressort toujours grandi de ce genre d’expérience. Bien entendu, il faut jouer le jeu en partageant, en donnant de soi-même et en discutant avec son prochain. À partir de là, les clés pour empêcher le clash des générations sont évidentes : comprendre et accepter nos petites différences. Cela devrait être facile pour notre communauté transgenre, n’est-ce pas ?

Nina Lolilove - Clash des générations 8
Les applications pour vieillir une personne sont vraiment caricaturales.

33 commentaires

  1. Je suis 100% d’accord, nous devons préserver et respecter chaque tranche d’âge, après tout l’âge n’est qu’un chiffre et c’est dans la tête! Il faut savoir tirer profit du meilleur de chaque génération!

  2. Bonjour Nina, passionnant ton article quoique la 1ere partie c’est plutot une énumération de clichés mais bon tu aborde la un sujet pas façile ! tu oublie aussi je trouve l’évolution phénoménale de la société, durant les 50 dernières années elle à plus évoluée que durant le siècle précédent !! et cela s’est encore accéléré ces 20 dernières années, ce ne sont plus les anciens qui apprennent aux jeunes mais l’inverse cela explique peut-etre certaines tensions générationnelles et des difficultées pour se comprendre, mais bon je crois qu’on y arrive quand meme malgrés tout et pour conclure la communauté transgenre est transgénérationnelle, transversal socialement et dans les connaissances et transgressives dans les tabous et tous cela est trés trés intérréssant Bisous Michelle

    • Je pense que la première partie, bien qu’un peu chiante est nécessaire pour comprendre nos différences de mentalité. D’ailleurs, je m’en sert de temps en temps en management pour comprendre et éviter certains conflits.
      Par contre, c’est vrai que la société évolue de plus en plus vite. Les mœurs, les méthodes de communication, la famille, etc.. changent dans notre monde noyé dans les médias, les crises et l’hyper connectivité. Difficile à suivre, mais comme tu dis on y arrive et on pioche dans tout cela en fonction de nos besoins.

  3. Coucou Nina,

    L’étendue des âges et l’esprit d’ouverture sont des richesses de XXY et tu l’as bien montré. On constate un peu partout en ce moment qu’après la libération de la femme au XXème siècle, c’est maintenant l’homme moderne se cherche. Cette part de féminité si difficile à exprimer autrefois et encore aujourd’hui fait, sans doute, partie de l’équation que les générations présentes et à venir auront a résoudre et finalement, nous sommes tout(e)s parti(e)s prenant(e)s dans sa résolution 😉

    Bises,

    Véro

  4. Bel article et beau plaidoyer pour la tolérance intergénérationnelle.
    Personnellement, à quelques toutes petites exceptions près, je n’ai jamais vraiment perçu de “sectarisme” selon l’âge dans le forum. Cela démontre à mon avis la capacité d’acceptation et la curiosité dont font preuve les intervenants.
    Heureusement d’ailleurs, car bientôt la petite Sophie va devoir devenir la “vieille Sophie”… mais cela m’est égal, quand ma barbe sera totalement blanche je ne galérerais plus pour la cacher! 😉
    Ah, j’ai failli oublier : très beau travail la photo de Nina dans 60 ans!

  5. bonjour Nina bien sur le clash des génération tu as une bonne vision de la chose
    dans notre commuauté il a pas de jeune ou moins jeune ces dans la tête la jeunesse
    quant je regarde sandy elle et plus jeune que rêveur et pour tant ce la même personne
    sandy

  6. Article très vrai, j’en conviens.
    Mais je pense que tu exagères le conflit générationnel sur le forum.
    En tant que quadra j’aime bien chambrer les jeunes, mais c’est parce que c’est amusant. Absolument pas par conviction. Et je pense que c’est le cas de la plupart des personnes.
    Le forum est jeune, dynamique, et, surtout, il y a un humour omniprésent qui fait qu’on assiste à des “piques” absolument pas méchantes de temps en temps. Et je pense (j’espère) que personne ne les prend mal.

  7. C’est un article vraiment intéressant – même si cela n’est pas spécifique au travestissement. Il fût un temps où, gamin, je traînais sur de nombreux fora de jeux vidéo. J’essayais de m’intégrer aux discussions concernant la Master System ou la NES (par exemple), et de nombreux utilisateurs méprisaient les messages des plus jeunes, de la génération “PlayStation” comme ils nous appelaient (alors que je n’ai pas eu de PS1 avant très longtemps). C’est toujours le cas aujourd’hui où les “vrais” qui ont grandi avec des titres très, très anciens (sic), tels que Resident Evil (mais les anciens, ‘ttention) et autres KOF (débuté en 94…) sont les HCG, là où les sales mioches qui ont attaqué avec Nintendogs ne sont que des casus.

    Si j’évoque cet exemple, c’est qu’en JV, le clash générationnel existe aussi mais souvent, ce sont les plus âges qui ont du mal à tolérer de nouvelles façons de jouer, de consommer, etc.

    • Grave, je crois que tout le monde a connu ça dans un tas de communauté. Je me souviens dans le domaine de la musique électronique : “les vrais on connut la techno de Détroit et les jeunes sont juste bons à écouter de la soupe commerciale”. Et c’était pareil dans le VTT avec ceux qui avaient connu les vélos sans suspensions et cadre en acier et les jeunes avec tout le confort des technologies modernes.
      Certainement le propre des communautés liées aux médias et aux matériels où beaucoup aiment montrer “qui a la plus grosse” et déballer leur CV. 🙂

  8. Vaste sujet auquel tu t’es attaqué.
    Ton article est super, et tres bien fourni; mais cache autre chose je pense. Ca va plus loin que le “clivage” jeunes-vieux;
    comme tu le dis si bien c’est la loi de celui, ou de celle, qui “a la plus grosse”. La plus grosse caisse, la plus grosse montre, le dernier smartphone, la derniere paire de Louboutin, le dernier tailleur Chanel, la plus belle femme, le plus beau mec, etc etc etc. C’est dans la nature de l’Homme de vouloir toujours mieux que le voisin, les “vieux critiquent et jalousent les jeunes, les jeunes font pareils de leur coté mais pas pour les memes raison cela dit, les riches font pareil avec les pauvres et vice versa, les “beau” avec les moches, les gros avec les maigres et ainsi de suite…
    J’en reviens a ce que je dis souvent (meme si je sais que si je pissai dans un violon, ca aurait le meme effet), nous sommes une “petite” communauté, ou nous devrions nous serrer les coudes plutot que de se toiser a cause de telle ou telle difference. Nos differences nous rendent interressants les un envers les autres, parce que (toujours de mon point de vue) si nous etions tous gaulés pareil, avec les memes fringues, les memes idées, les memes consoles, le meme age, le meme sexe, la meme couleur de peau… BREf le meme tout pareil que l’autre, BEN ON SE FERAI VITE CHIER !!!

    mais sinon tres bon article Nina

    • Il faut reconnaître que les humains ont tendance à chercher les différences avec les autres et non les points communs. Cela pourrait fait l’objet d’une étude mais au pifomètre, on le constate dans tous les domaines que tu cites.

      Ha oui, par contre, si on avait tous la même console, ce serait pas une mauvaise chose pour se prêter des jeux et jouer en ligne=)

Répondre