Accueil Non classé Le maquillage en stickers

Le maquillage en stickers

Ah… Si seulement je savais me maquiller !” Combien de travestis dans le monde ont prononcé cette phrase ? Je n’ai pas le chiffre exact, mais je vous prie de me croire qu’ils sont nombreux ! La machine à maquillage Chanel du Cinquième Élément ferait bien des heureux. On pourrait croire que le maquillage en stickers est une alternative intéressante aux fards et pinceaux. Rookie crossdressers, ne tombez pas dans ce piège puisque le maquillage en stickers demande autant de skill, si ce n’est plus, que le maquillage “traditionnel” si je puis dire…

 
Le maquillage en stickers, tout d’abord, kézako ? Comme le nom l’indique, il s’agit de “sortes” d’autocollants que l’on pose autour de l’œil. Pour les fards à paupière, ce sont souvent des pigments de couleur que l’on applique directement sur la paupière, sans pinceau. Les liners se présentent littéralement sous forme de stickers, eux. Quant aux lèvres, c’est en général la bonne vieille technique de la décalcomanie qui est de mise.

exemples stickers
Voici les fards et les liners, pour l’instant, ça a l’air plutôt pas mal…

Les fards à paupière

Les fards sont sans aucun doute les stickers les plus intéressants, en comparaison aux autres, entendons-nous. Comme je l’écrivais au-dessus, ce sont de vrais pigments de couleurs et non pas un bête autocollant, ce qui serait impossible puisque la paupière est sujette à de nombreux clignements. À moins de garder les yeux fermés toute la journée. Pourquoi pas. L’avantage, c’est que cela ne prend véritablement que deux secondes pour les appliquer. Les problèmes, par contre, sont nombreux :

  • Il est impossible de choisir les couleurs à fondre entre elles.
  • Les couleurs ne sont pas estompées et il faudra repasser derrière au pinceau estompeur.
  • Ce ne sont généralement pas des fards très pigmentés…
  • On pose un sticker sur la paupière : difficile de faire un travail de précision !
  • En tant que tel, ce n’est pas suffisant pour maquiller l’œil qui aura de toute façon besoin de crayon, de mascara, etc.
  • Quand on constate la quantité de matière qu’il reste après coup, on ne peut que se dire : “c’est du gâchis” !

En fait, poser un sticker revient à poser un fard au pinceau, ce qui est largement à la portée de tout le monde. N’imaginez pas être maquillée avec, ce ne sera jamais satisfaisant tout seul. Sans compter qu’au final, cela coûte moins cher d’acheter des fards, qui ne sont pas à usage unique.

avant_après_stickers

 

Les traits de liner en stickers

Le liner en sticker présente un intérêt très, très, très limité. En effet, pour que celui-ci adhère, il faut que votre paupière soit vierge et propre de tout maquillage. Sans quoi, ça ne tiendra pas. D’ailleurs, malgré cela, ça ne tient pas vraiment sur la durée ! Du coup, vous évitez peut-être le difficile trait de liner mais il faudra coller le sticker à l’aide d’un autre produit : de la colle à faux-cils, par exemple. Après, ça dépend sans doute des marques, mais techniquement, cela reste difficile à faire tenir. Le seul intérêt est donc de se faciliter la tâche du trait de liner. Les défauts, par contre, sont on ne peut plus variés :

  • Cela ne tient pas si la paupière est maquillée… Il faut de la colle à faux-cils, par exemple.
  • Les liners sont tous plus extravagants les uns que les autres !
  • La forme des traits ne correspond pas forcément à la taille et à la forme de la paupière.
  • C’est mine de rien difficile à positionner.
  • C’est gênant pour cligner des yeux.

Bref… Si le liner en gel vous fait peur, je ne peux que vous conseiller d’utiliser un liner en feutre qui aura un meilleur rendu. De toute façon, avec le sticker, on ne peut même pas gérer l’épaisseur du trait. Amy Winehouse aurait peut-être approuvé.

Alors primo, les petits diamants ça fait un peu cagole. Deuzio, sans colle à faux-cils, ça se décolle ! Cheap.
Alors primo, les petits diamants ça fait un peu cagole. Deuzio, sans colle à faux-cils, ça se décolle ! Cheap.

Le rouge à lèvre en sticker

Je vous vois venir ! “Mais c’est génial ! Au moins, je serai certaine que mon maquillage des lèvres sera bien dessiné !” Et bien… Non, car il faut découper le décalcomanie pour qu’il soit à la bonne taille. Il faut ensuite l’humidifier pour le décoller du papier. Autant vous dire que vous n’avez pas le droit à l’erreur et que c’est à chaque fois soit trop grand, soit trop petit. En fait, les rouges à lèvres en stickers sont une bonne idée si vous souhaitez un motif bien particulier (des petits pois, des étoiles, des petits chevaux… Ce que vous voulez, quoi !). Pour le reste, je n’y vois que des inconvénients :

  • C’est beaucoup plus cher qu’un rouge en tube ou en fard car c’est à usage unique.
  • C’est très difficile à positionner !
  • C’est aussi très compliqué de le découper à la bonne taille.
  • C’est de la décalcomanie alors on peut foirer le décollage très facilement.
  • Et pour le démaquiller, bonjour la galère.

De toute façon, cela ne vous sera pas forcément utile puisque c’est assez rare de vouloir faire du lips art, à moins d’opter pour un maquillage vraiment spécial à l’occasion d’un événement particulier.

Il faut aimer les pois blancs, quoi...
Il faut aimer les pois blancs, quoi…

Les stickers et moi, ça ne colle pas…

J’espère vous avoir convaincu de l’inutilité de ces maquillages en stickers. Franchement, je trouve que c’est se compliquer la vie pour rien. En effet, pour que le maquillage ait un peu de dégaine, en plus des stickers, vous aurez besoin pèle-mêle : d’un pinceau estompeur, de colle à faux-cils, d’un crayon et de mascara au minimum. Sans compter qu’il faut être assez débrouillard pour minimiser la casse, car c’est en général du maquillage bien pourri, par rapport à ce que vous feriez avec de vrais fards.

Mais le principal souci n’est même pas là ! Le maquillage est un vrai plaisir et les stickers cassent cette magie. Je dirais même que les stickers représentent le plus haut point de l’anti-maquillage ! Quand on commence, on n’a pas forcément conscience de tout ce qu’il est possible de faire avec du make-up. Mais dès que l’on se rend compte des possibilités infinies du maquillage, c’est un vrai plaisir de pouvoir agrandir le regard ou le durcir en jouant sur l’épaisseur d’un trait ou la couleur d’un fard ! Tout cela, les stickers ne le permettent pas… En déposant ceux-ci sur la paupière, on perd toute créativité, et c’est bien la tristesse de ce genre de produits.

Avatar
Andromèdehttps://travesti.fr
Bonjour ! Je suis Andromède, l'auteure de ce site Internet. Je suis également la fondatrice du e-commerce Travesti.fr - La boutique des travestis.

14 commentaires

  1. Tiens, ça faisait un moment que tu n’avais pas fait un sujet sur le maquillage. Toujours aussi bon cet article et ta vidéo !

    Bien que je ne sois pas la cible de ce genre d’article, je m’étais posé la question pour les débutants. Ce n’est vraiment pas génial, entre les trop sophistiqués libers et RàL et le très discret fard à paupière qu’il faut travailler !

    Par contre, big up aux lèvres de pin-up, je me demande comment tu peux ensuite manger, parler … avec ce genre de truc sur les lèvres. 🙂

  2. Totalement inutile donc indispensable …….. pour nos poubelles !

    Ou est le plaisir ? de recommencer 10 fois son smoky eyes, se planter de fond de teint et ressembler a une geisha, déborder avec son rouge a lèvres et prendre l’allure d’une ventouse a chiotte ,élargir élargir élargir et élargir encore son eyes liner pour terminer en fard-liner ….

    Pratiquer pendant des heures , pour passer du stade médiocre à minable moi ça me va, donc le stickers s’le maaal !

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles récents

Comment déterminer la morphologie de son visage ?

Ovale, carré, long : il n'est plutôt pas facile de déterminer la morphologie de son visage. L'information peut pourtant vous aider dans le choix d'une perruque. C'est pour cela que cet article a la vocation de vous aider à connaître la forme du vôtre avec une méthode facile, un simple mètre de couturière et un miroir. Alors, quelle est la morphologie de votre visage ?

Les rencontres d’un autre genre : entretien avec Jaina

Dans cette interview des Rencontres d'un autre genre, Jaina explore les origines de son travestissement, son genre et sa couleur de cheveux qui ne répond à aucune étiquette.

Les rencontres d’un autre genre : entretien avec la grande Julie

Dans cette interview des Rencontres d'un autre genre, nous avons interrogé la Grande Julie à propos de sa culpabilité de transgenre, la découverte de soi-même, la reconnaissance de son genre et les joies du coming out.

Les rencontres d’un autre genre : entretien avec Emilie85

Cette interview des Rencontres d'un autre genre est consacrée à Emilie85 qui explique son parcours de transidentité, son goût pour la photographie et sa vie de couple.