Ma femme n’accepte pas mon travestissement ! Que faire ?

33
10633

Il est vrai que nous parlons ordinairement d’épanouissement, d’être soi-même, de bien-être dans son corps et dans ses vêtements, surtout ! Mais il arrive aussi,  bien trop souvent hélas, que le travestissement ait l’effet d’une bombe au sein du couple. Entre les activités clandestines de monsieur et les questionnements de madame s’installent d’innombrables non-dits. Il faut dire que dévoiler son petit secret à son épouse ou à sa compagne est loin d’être la confidence la plus anodine qui soit. Mais n’oubliez pas que pour elle aussi, la digestion peut prendre du temps ! Sans avoir la prétention de vous livrer le « petit guide du couple parfait », je pense que ces quelques lignes pourraient vous aider à vous épanouir plus sereinement. Et quand j’écris « vous », je ne pense pas à vous, très cher ami travesti, mais à votre couple !

Exprimez-vous sans détour

Ce que je m’apprête à écrire peut sembler des plus clichés, mais il est toujours bon de le rappeler : toutes les relations fusionnelles sont basées sur la sincérité. La transparence est essentielle pour être en paix avec vous-même… Elle l’est aussi pour faciliter l’acceptation de votre conjointe.

Ne rien cacher et être clair sont aussi des preuves de la confiance que vous témoignez à votre compagne. S’il y a au moins une chose que vous lui devez, en vous travestissant, c’est la vérité. Si vous découvrez cette passion alors que vous êtes déjà en couple, n’attendez pas qu’il soit trop tard pour en parler. En « omettant » d’évoquer ses « activités » à sa compagne, on crée un mensonge énorme qui grandit au fil des jours, au fil des semaines puis au long des années, en fin de compte. Il arrive un point où le mal est fait et ne se situe plus forcément là où on l’imagine à la base : votre femme rejette-t-elle le travestissement ou le mensonge brodé depuis tant et tant de printemps ?

Malgré cela, il n’est jamais trop tard pour rétablir la vérité. Il n’y a pas de meilleure solution pour s’épanouir et établir un climat d’amour au sein du couple. Cela demande un grand courage, je l’accorde, et je vous invite à jeter un œil à notre article sur le coming out afin de flairer quelques pistes pour préparer le vôtre.

Par la fenêtre

Rassurez-la en répondant à ses interrogations

Après un coming out, votre épouse risque de se poser de nombreuses questions. C’est absolument normal, surtout si vous vous connaissez depuis de nombreuses années. Les questions peuvent vous paraître bêtes voire hors-sujet, mais quand on ne connaît pas le travestissement, il est normal de se les poser. Mais n’oubliez pas, dans tous les cas, que votre compagne a (sans doute) surtout peur de vous perdre et peur que sa vie de couple ne file à vau-l’eau.

Chaque couple est différent bien entendu, mais il existe plusieurs interrogations que votre conjointe se posera sans doute.

  • « Suis-je assez féminine ? » Beaucoup de femmes se posent cette question. Est-ce qu’un travesti se découvre parce qu’il recherche la féminité qu’il ne trouve pas chez sa femme ? Il est important de lui préciser que rien de tout cela n’arrive à cause d’elle. D’ailleurs, chez beaucoup d’entre nous, les envies d’enfiler une paire de Crocs Hello Kitty remontent souvent à l’enfance, bien avant de connaître la vie de couple, finalement. Au contraire, je pense que beaucoup de travestis « oublient » ces « envies » de briser les lignes du genre en rencontrant leur femme. Mais cela n’est bien souvent que temporaire.
  • « Veux-tu me quitter ? » C’est sans doute sur ce point qu’il faut être le plus expressif et ne jamais donner l’impression que vous vous éloignez d’elle. Cette question naît souvent de l’amalgame qui existe entre le travestissement et l’homosexualité. Mais soyez patient, surtout, puisqu’il peut être difficile à concevoir qu’un garçon qui s’habille en robe et qui se maquille patiemment ne cherche pas à attirer d’autres hommes dans son piège de séduction…

Beaucoup d’autres questions surgiront de vos discussions et je ne peux que vous conseiller de ne jamais, au grand jamais, botter en touche. Il n’y a rien de plus efficace pour créer un climat de non-dit assez étouffant ou pour installer des tabous qui n’ont, à mon avis, absolument pas lieu d’être…

Jouez carte sur table !

Présentez-lui votre passion avec vos références et vos mots

Il me semble essentiel de faire découvrir votre attrait pour les effets féminins à votre compagne. Le problème, avec le travestissement, ce n’est pas « le fond » de cette activité mais « la forme » que cela prend chez certains individus. L’image des travestis est loin d’être glorieuse : fétichisme, exhibitionnisme, prostitution et tout ce qu’on peut imaginer de sexuellement explicite. Bien évidemment, chacune et chacun vit sa sexualité comme il l’entend. Je suis très respectueux sur ce point. Mais sachez-le : pour fréquenter un grand nombre de travestis, je vous prie de me croire que les excitées du sphincter sont bien plus rares que l’on imaginerait. Le problème, c’est qu’elles sont aussi beaucoup plus « bruyantes », si je puis me permettre, et que leurs publications les plus osées sont aussi les plus visibles…

Ce que j’entends par là, c’est qu’en laissant votre compagne faire sa petite enquête sur le travestissement, elle risquerait de tomber sur les contenus les plus traumatisants et loin d’être les plus représentatifs. J’ai à ce titre un exemple assez criant… En recherchant le mot « femme » sur Google Images, on nous sert des résultats plutôt… surprenants !

Si j’en crois ces résultats, une femme est forcément jeune, jolie, en petite tenue dans la plus grande partie des cas. Mais surtout dans des positions pour le moins suggestives. C’est « ça », une femme ?

Concernant les travestis, il existe le même écart entre ce que nous montrent les médias, ce qu’imaginent les « non-initiés » et la réalité. C’est pour cela qu’un véritable effort de présentation est nécessaire si vous souhaitez que votre compagne comprenne entièrement votre démarche. Expliquez-lui avec vos mots, montrez-lui des sites qui se revendiquent « No Sex » comme l’écrirait Astrid, choisissez des films qui traitent de ces sujets dans la plus respectueuse des discrétions…

D’ailleurs, si cela ne suffit pas, n’oubliez pas qu’une option envisageable est de rencontrer un autre couple où l’homme se travestit voire de prendre contact avec une femme de travesti qui pourrait, peut-être, répondre à quelques-unes de vos questions. Des trois rédacteurs de XXY.fr, il y a au moins une compagne de travesti, alors n’hésitez pas…

Crossdresser - Emilie la Nuit - #000000 (5)
Ce site n’est pas sale !

Ne brusquez pas les choses

Quand on commence à se travestir, tout s’accélère soudainement et il faut savoir lever le pied pour laisser votre compagne respirer. C’est très rapidement l’escalade ! On s’achète du maquillage, des vêtements, on se change en nana, on se prend en photo, on s’enregistre en vidéo, on s’inscrit sur de nombreux réseaux sociaux ou des fora bizarres. On veut ensuite sortir, avec sa compagne, en lui demandant d’assumer autant que nous ! Attendez, attendez… Mais il faut que tout cela soit digéré ! Ne mettons pas la charrue avant les bœufs.

Entre nous, tout ça a de quoi effrayer votre chérie qui pourrait se demander où se trouvent vos limites ! Vous ne les connaissez peut-être pas vous-même, alors laissez-lui le temps de vous comprendre.

Nous, en tant que travesti, nous pensons travesti, nous mangeons travesti, nous dormons travesti… C’est honnêtement quelque chose qui hante nos pensées et il ne faut pas demander à sa compagne d’être aussi enthousiasmée : c’est tout bonnement impossible. Lali-ho ! Beaucoup d’entre nous rêvons d’une acceptation soudaine et sans limite de nos conjointes mais Rome ne s’est pas faite en un jour. C’est très capricieux de tout vouloir d’un coup : le passing, l’assurance et l’acceptation totale de sa conjointe.

Il faut savoir se fixer des limites.

Une bonne chose est plutôt de se fixer des paliers, des sortes d’objectifs au fil des semaines. En « évoluant » petit à petit, le changement est moins violent : avant toute chose, se fixer des objectifs physiques, comme laisser pousser ses cheveux ou perdre (un peu) de ventre, se programmer une sortie, une vidéo, une galerie photos de temps en temps…

Prenez votre temps, le travestissement n’est pas une course !

N’oubliez pas de faire des compromis

N’oubliez jamais que l’acceptation de votre conjointe demande beaucoup de compromis. Je n’irai pas jusqu’à parler de sacrifice. Il n’empêche que certaines épouses ont besoin de faire beaucoup, beaucoup d’efforts pour accepter que leur homme s’habille aux grandes tailles de Jennyfer. Certains préfèrent Just for 5 Pounds

Sans compter que le travesti est par nature très narcissique : il n’y en a que pour son apparence, que pour son passing, que pour sa pomme, en fait. Je pousserais bien le bouchon jusqu’à écrire que les hommes en général se comportent, hélas, de façon très égoïste. Mais il n’est pas question d’égalité des sexes dans ce billet et je n’aime pas faire de généralité.

Où en étais-je… Ha, oui ! Des compromis, donc. À forcer de partir de la quête d’un teint de jouvencelle ou de la killer dress, on en oublierait presque que sa compagne aussi peut avoir envie d’être une jolie femme. Tout le monde a besoin de se sentir aimé, et n’oubliez pas qu’elle ne reçoit pas nécessairement les innombrables commentaires que vous recevez sur les réseaux sociaux, par exemple. À ce titre, pensez à elle plutôt qu’à vous, de temps en temps. Si vous faites les boutiques ensemble, n’oubliez pas de lui proposer des vêtements, des chaussures, des trucs rien que pour elle. Il serait tellement triste qu’elle ne sente plus la flamme au fond de vos yeux !

De la même manière, une bonne idée est de toujours lui commander un petit quelque chose lors de vos achats en ligne. C’est souvent ce que je fais : si je choisis une paire de pantoufles sur New Look, je cherche aussi de beaux souliers pour elle. C’est un bon équilibre à avoir pour qu’elle n’ait pas le sentiment que le couple n’existe que pour l’homme travesti.

Partagez avec elle vos activités de transformation

Il y a des femmes qui acceptent le travestissement de leur conjoint… à condition que celui-ci ne se montre jamais à elle dans sa lingerie la plus douce, si je puis dire. Dans ces cas-là, l’idée n’est pas de lui forcer la main, surtout pas. L’idée de laisser traîner des photographies douteuses sur son bureau d’ordinateur ne me paraît pas judicieuse pour un sou.

Ce qui me semble important, c’est qu’elle partage de façon active votre processus de transformation. Facile à dire, pensez-vous (je vous entends, vous savez). Mais il n’est pas question de lui demander de vous travestir, vous n’êtes pas son sissy boy, après tout. Non, essayez plutôt de lui demander son avis sur une robe, sur une paire de chaussures, sur une coiffure ou que sais-je encore. C’est déjà une toute première approche.

À partir de là, vous pourriez petit à petit lui demander son aide : des conseils pour le maquillage de temps à autre, ou un petit coup de pouce pour enfiler une perruque. Oh, tiens, j’ai une idée : demandez-lui de fermer le zip de votre robe ! Cela l’amènerait fatalement à vous découvrir en tant que travesti. Je vous vois venir : « Oui, très bien, mais moi, je suis un expert du maquillage et ma femme ne sait absolument pas y faire, alors bon ! » Bien sûr, vous savez peut-être mieux vous maquiller, vous n’avez peut-être pas besoin de son aide pour vous coiffer. Mais l’idée n’est rien d’autre que le partage.

Grâce à ce « petit jeu », vous pourriez supprimer le sentiment d’exclusion que ressent votre partenaire. Il est probable que votre chérie ait le sentiment que vous ayez deux vies : l’une qu’elle maîtrise ou tout du moins qu’elle connaît bien et l’autre de laquelle elle ne fait pas partie. En participant à vos travestissements, même un tout petit peu, cela ne peut qu’être bénéfique pour que cette terrible sensation disparaisse.

Vous ne vous en rendez peut-être pas compte, mais certaines femmes ont en plus la sensation de se faire « voler » une partie de leur féminité. C’est aussi une bonne façon de lui montrer qu’elle reste légitime pour vous aider à incarner votre avatar féminin…

Dis-moi franchement ! Franchement, tu trouves qu’elle me va bien cette coupe ?

De l’art de vivre en couple

J’espère sincèrement que ces quelques conseils puissent vous aider à vivre votre travestissement en couple. Je voudrais conclure en espérant que vous n’abandonnerez jamais l’idée de vous épanouir avec votre compagne. Évoluer chacun de son côté me semble être la négation-même de la notion de couple… Au quotidien, le travestissement est un art de vivre qui apporte beaucoup à l’épouse du dit-travesti, notamment en matière de tolérance. Partager un tel « secret » au sein du couple permet surtout de mieux se connaître, de façon très intime, et par extension de mieux se comprendre.

Amour pour toujours !

Bisous !

33 commentaires

  1. Et encore un super article, UN !!!
    Bon dans le cas présent, le mieux c’est que votre chérie connaisse votre coté obscur avant que vous soyez en couple avec. Hé hé …

  2. superbe article !
    comme d’habitude, aussi bien sur le fonds que sur la forme

    et de bons conseils qui peuvent faciliter les choses pour grand nombre d’entre nous déjà en couple, ou non

    un raisonnement à la fois logique mais aussi très sain, ce qui n’est pas toujours le cas sur certains sites …

  3. Coucou Emilie,

    Très bon article, mais (car il y a un mais) il manque une composante qui a toute son importance : L’état psychologique de Madame.

    En effet, tu évoques ce qu’il faudrait (ou qu’on pourrait) faire pour dédramatiser le coming out (et c’est très bien), mais c’est sans pendre en compte l’état psychologique de nos chères et tendre qui sont, elles aussi, empreignées de leurs propre névroses ou psychoses.

    Aussi, dans certains cas, ce n’est pas facile, voir même impossible, pour elles de se projeter d’un état “couple Homme-Femme” dans celui “couple ???-Femme”.

    Et c’est bien LE problème auquel nous, travestis, transgenres, T-tout-ce-que-tu-voudras, devons faire face, sans pouvoir y amener de solutions tant que Madame n’a pas commencé à accepter qu’un “couple ???-Femme” peut exister.

    Bises, Au.

    • Mince … Ma balise de “fin de text gras” n’a pas marché ….
      et je ne peux pas éditer son texte pour arranger ça.

      Note au WebMaster: Y a t’il une fonction de prévisualisation afin de voir son texte avant de le publier ?

      Désolée.. Au.

    • Peut-être, mais en conservant le silence, Madame ne pourra jamais accepter qu’un couple ???-Femme puisse exister. C’est une discussion de longue haleine et, en ce qui me concerne par exemple, Olga n’a pas accepté comme ça d’un coup, on a longtemps discuté de tout cela.

      Après… Dans notre coup, que je me travestisse ou non, on reste dans un schéma d’un couple Homme-Femme, donc ça n’a rien changé entre nous.

  4. Excellent article. Beaucoup des conseils ont beau paraitre assez évidents, un bon rappel est souvent plus que nécessaire.
    Par exemple je devrais programmer mon téléphone pour qu’il m’envoie le message “ne pas parler tout le temps de sa passion” toutes les deux heures.:-)
    Et pour avoir vu le couple trop mimi que vous faites Olga et toi je peux garantir que tes conseils fonctionnent très très bien!

    • Merci pour tes gentils mots 🙂 ! C’est clair qu’on peut pas demander à sa compagne d’avoir tout le temps envie de parler de travestissement. C’est comme si je demandais à ma mère d’être à fond sur les jeux vidéo 😉 !

  5. Excellent article, bien analysé, certainement utile. Je pense que l’une des choses importantes et d’ailleurs bien expliquée dans l’article, est que si nous donnons une bonne image on ne choquera pas sa compagne. Il existe des sites (dont XXY.fr)qui s’attachent justement a donner une bonne image des transgenres.

  6. next article…Que se passe-t-il quand un troisieme spectateur se joint au trio femme-mari (travesti) ? non non pas de plan couple reçois, mais plutôt joli cadeau apporté par Dame Nature via Cigogne mail ?

  7. Je prends la discussion en cours… Un aspect à ne pas négliger qui est celui de l’entourage, familial et amical. Je sais que ma belle-famille s’est posé des questions en me voyant sans un poil au bord de la piscine, ou lors d’un déménagement, comme j’étais débraillé, quand on a remarqué l’élastique d’un collant qui dépassait de mon jean. Ma chère et tendre se moque un peu que j’aie troqué les vilains calcifs qu’elle m’a connus à nos débuts contre les petites culottes noires qu’elle juge si douces au toucher, pas plus qu’elle ne s’est montrée gênée de ce que je porte des collants (naturels à ses yeux, nous habitons une région froide). Mais au-delà, elle a mis le holà ! Pas question de me voir en jupe, on en reste aux longs t-shirts, pas de bas à porte-jarretelles (j’en porte seulement des épais par-dessus mes collants). Au-delà ce serait déstabilisant, cela échapperait à sa grille de lecture (culture méridionale où l’homme constitue un repère protecteur, ce que je me sens cependant capable d’assumer les jambes gainées de nylon…). En gros, strings et petites culottes autorisés, collants permis, pas plus. Je n’en ai d’ailleurs pas vraiment envie, la perruque et les talons friseraient le ridicule car je fais tout de même très “mec”.
    La belle-famille, donc, hors du secret, vu ce que l’imagerie du travesti traîne en termes de clichés tels que vous les énumérez dans votre excellent article. J’ajoute que l’âge mûr ne facilite pas les choses. J’ai d’ailleurs remarqué en écumant la Toile que beaucoup d’hommes découvrent leur féminité passé la quarantaine, féminité souvent maladroitement assumée qui conduit des tas de couples à piquer du nez. Donc prudence.

    • Le problème c’est que quand on se construit une image aussi balèze qu’une carapace pendant 20 ans, c’est souvent difficile d’exprimer sa féminité après. Je pense qu’il y a aussi de cela pour beaucoup d’entre nous.

  8. super article j’ai l’impression de nous retrouvez dans cet article
    nous c’est venue par jeux et maintenant c’est un plaisir commun
    mais oui nous sommes d’accord qu’il vaux mieux en parler
    mais quand on a commencer à le vivre cacher il faut un immense courage pour en parler avec sa femme

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.